Conseils santé
Accident vasculaire cérébral : comment le prévenir ?

Chaque année, 150 000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Appelé aussi « infarctus du cerveau », cette maladie neurologique d’origine vasculaire entraîne souvent de graves conséquences. Si une bonne hygiène de vie peut aider à prévenir les risques, il existe également des signes avant-coureurs qui doivent vous alerter. Découvrez-les afin de pouvoir réagir efficacement et rapidement pour vous et vos proches !

AVC Accident vasculaire cérébral

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Il existe deux types d’accident vasculaire cérébral ou AVC :

  • Dans 80 % des cas, il s’agit d’une ischémie : un caillot de sang obstrue une artère et empêche l’irrigation d’une partie du cerveau.
  • Dans 20 % des cas, l’attaque est due à une hémorragie causée par une artère rompue.

Lors de ces situations, une zone du cerveau est alors privée de sang et donc d’oxygène. De ce fait, les cellules nerveuses manquent d’oxygène et ne survivent pas longtemps, c’est pourquoi il convient d’agir très rapidement.

Selon la zone du cerveau qui a souffert lors de l’attaque, les séquelles peuvent toucher :

  • Le langage : difficulté d’élocution et de compréhension ;
  • La motricité : paralysie plus ou moins grave, le plus souvent de la moitié du corps. L’AVC est la première cause de handicap moteur en France ;
  • La vue : troubles de la vision ;
  • La mémoire ;
  • L’équilibre

A la suite d’un AVC, une personne sur trois devient dépendante pour les gestes du quotidien.

Prévenir les facteurs de risque d’AVC

L’AVC a des origines vasculaires, il est donc important de conserver aussi longtemps que possible des artères saines et une bonne circulation sanguine.
Les facteurs de risque sont connus :

  • L’hypertension artérielle (HTA) est le premier responsable des AVC. Une tension supérieure à 14/9 doit être traitée par des médicaments et maîtrisée par des mesures alimentaires et de l’activité physique.
  • Une alimentation déséquilibrée et riche en acides gras ;
  • Le tabagisme ;
  • Les maladies cardiaques ;
  • Le diabète ;
  • L’hypercholestérolémie ;
  • L’alcoolisme ;
  • La sédentarité.

Savoir reconnaître les symptômes

Il existe des signes avant-coureurs d’un AVC :

  • Faiblesse, paralysie, engourdissement d’un bras, perte de sensibilité du visage, d’un côté du corps ;
  • Diminution ou perte de la vision d’un œil et/ou des deux yeux, vision double ;
  • Perte soudaine de la parole, difficultés pour parler, articuler ou comprendre ce qui est dit ;
  • Instabilité de la marche inexpliquée ou chute soudaine, troubles de l’équilibre, vertiges, perte de conscience.
Nos conseils
Ces symptômes doivent vous alerter. Dès que vous les constatez, contactez immédiatement le SAMU en composant le 15. Il est urgent d’intervenir dans les 3 heures. Au-delà de 7 heures, les dommages sont souvent irréversibles.
Si ces symptômes ne durent que quelques minutes, il s’agit peut-être d’un « accident ischémique transitoire » annonciateur d’un AVC. De la même façon, consultez rapidement.
Pour poursuivre la lecture
Webinaire AVC
Webinaire « AVC : comment les prévenir et mieux agir »
Prochainement, un nouveau webinaire de prévention santé dédié aux accidents vasculaires cérébraux (AVC). Prévention, dépistage, signes d'alerte... vous saurez tout !
Vaccination grippe
Les bonnes raisons de se faire vacciner contre la grippe
Chaque année, la grippe fait son grand retour d'octobre à mars, touchant entre 2 et 6 millions de personnes. La vaccination contre la grippe saisonnière reste le meilleur moyen de prévenir la maladie et ses complications chez les personnes fragiles. Explications...
pré-diabète
Le pré-diabète vous guette ?
Avec plus de 4 millions de personnes diabétiques en France, soit près de 400 nouveaux cas par jour selon la Fédération française des diabétiques, on parle aujourd’hui d’une véritable épidémie de diabète. Prévenir la maladie est devenu un enjeu de santé publique. Une piste : dépister précocement le pré-diabète, stade…
cervicalgie
Tordez le cou à la cervicalgie !
Les douleurs du cou concernent chaque année 30 % à 50 % des Français. Mais qu’est-ce que la cervicalgie ? Quelles en sont les causes ? Comment réagir et surtout comment prévenir ces désagréments ? Des conseils qui valent le coup !
Que recherchez-vous ?