Risque de glaucome, ouvrez l’œil !

Mis à jour le 08/11/2016 par Bérangère Barataud

Le glaucome est une maladie fréquente qui concerne près d’un million de personnes en France, soit 2 % de la population, dont 500 000 atteintes sans le savoir ! Cette maladie silencieuse, souvent dépistée lors d’une consultation ophtalmologique pour un autre motif, est la deuxième cause de cécité en France après la DMLA. Quelles sont les différentes formes de glaucome ? Quels sont les causes et facteurs de risque ? Peut-on prévenir cette maladie ? Des conseils à ne pas perdre de vue…

glaucome

Qu’est-ce qu’un glaucome ?

Un glaucome est une altération des fibres du nerf optique, le nerf qui conduit les images perçues par l’œil jusqu’au cerveau. S’il n’est pas traité, le glaucome entraîne des douleurs au niveau des yeux, une réduction irréversible du champ de vision sur les côtés (vision comme dans un tunnel), puis la cécité.

Les différents types de glaucome

Il existe de nombreuses formes de glaucome, les principales sont :

  • Le glaucome chronique à angle ouvert ou glaucome primaire à angle ouvert (GPAO)
    C’est la forme de glaucome la plus fréquente, elle représente 90 % des cas.
    L’œil produit en permanence un liquide nommé « humeur aqueuse », ce liquide doit s’évacuer par un filtre. Dans cette forme de glaucome, le filtre d’évacuation s’obstrue progressivement empêchant l’évacuation de l’humeur aqueuse, ce qui augmente ainsi la pression intra-oculaire (pression à l’intérieur de l’œil).
    Les causes précises du GPAO ne sont pas connues. Bien souvent, il est lié à une augmentation de la pression dans l’œil au-delà de 21 mm Hg. Cependant, il existe des glaucomes sans pression intra-oculaire élevée, de même qu’il est possible d’avoir une pression intra-oculaire élevée sans pour autant développer un glaucome.
    Ce type de glaucome évolue très lentement : il peut être totalement indolore et sans trouble de la vue pendant 10 à 20 ans ! Cette maladie silencieuse est donc dangereuse car les premiers signes ne se font sentir que lorsque la maladie a déjà causé des atteintes irréversibles qui affectent la vue.
  • Le glaucome secondaire est dû à une forte pression dans l’œil qui peut être consécutive à un traumatisme brutal de l’œil, une infection intra-oculaire, une inflammation prolongée de l’œil, la prise de certains médicaments
  • Le glaucome aigu à angle fermé ou glaucome par fermeture d’angle (GFA) se caractérise par une fermeture spontanée du filtre permettant l’évacuation de l’humeur aqueuse. Il provoque de  brutales douleurs qui doivent être traitées en urgence pour éviter la cécité.

Les signes à repérer

Pour détecter la survenue d’un glaucome chez les personnes de votre entourage, certains symptômes doivent vous alerter.
Une personne qui :

  • limite ses activités : ne lit plus, ne regarde plus la télé, ne cuisine plus, ne sort plus, ne prend plus sa voiture ;
  • tourne la tête pour regarder face à elle ;
  • est irritable ;
  • porte des vêtements tachés ;
  • est devenue maladroite ;
  • ne retrouve plus ses affaires et ne reconnaît plus les personnes qu’elle croise…

est peut-être atteinte d’un glaucome.

Ces symptômes peuvent être proches de ceux d’une dépression ou de la maladie d’Alzheimer, mais ils doivent également encourager à consulter un ophtalmologiste.

Les facteurs de risque

Il existe plusieurs facteurs de risque favorisant le glaucome :

  • L’âge : les risques apparaissent après 40 ans et augmentent avec l’âge ;
  • La myopie ;
  • L’hérédité : 50 % des personnes présentant un glaucome ont un antécédent familial ;
  • Selon l’OMS, le GPAO semble plus fréquent chez les personnes d’origine africaine et le GFA, chez les personnes d’origine asiatique.

Quels traitements ?

Il est impossible de guérir un glaucome, mais on peut limiter l’évolution de la maladie par plusieurs traitements prescrits par l’ophtalmologiste :

  • Le traitement médicamenteux sous forme de collyres. Il doit être suivi à vie ;
  • Le traitement par laser. Il n’est pas définitif et nécessite de reprendre le traitement médicamenteux après quelques mois ou quelques années ;
  • Le traitement chirurgical. Il bloque la progression du glaucome, mais ne permet pas de récupérer la vision perdue.

Cependant, tous ces traitements augmentent les risques de développer une cataracte, particulièrement la chirurgie.

Comment prévenir le glaucome ?

Il est important de se faire dépister à partir de 40 ans en consultant régulièrement un ophtalmologiste pour faire surveiller sa pression oculaire et vérifier son champ oculaire.

Plus d’infos : Prévenir la cataracte et la DMLA grâce à une bonne hygiène de vie

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*