Zoom sur les matières grasses cachées

Mis à jour le 07/10/2016 par Alexie Colson

Les graisses cachées sont par définition des matières grasses contenues dans des aliments qui ne paraissent pas gras à première vue ! Elles sont soit présentes dans l’aliment à l’état naturel, soit ajoutées au cours de la fabrication de l’aliment. Quels sont les aliments concernés ? Quelles alternatives peut-on trouver à ces aliments ? Apprenez à démasquer les graisses cachées !

matieres grasses

Les aliments riches en matières grasses cachées

Les aliments contenant le plus de graisses cachées sont les viandes, les charcuteries, les fromages, les plats préparés, les sauces, les pâtes à tarte… Leur consommation doit rester raisonnable afin de ne pas dépasser les apports journaliers conseillés en lipides !

Les viandes : elles sont plus ou moins riches en matières grasses. On pense souvent à tort que les viandes blanches sont moins grasses que les viandes rouges alors que ce n’est pas toujours le cas ! Les viandes les plus grasses sont les viandes dites « persillées ». Il s’agit de viandes comportant des filaments blancs de graisses qui apportent après cuisson de la tendreté à la viande et un goût particulièrement agréable.

Nos conseils

Les viandes à privilégier sont : le veau (escalope, noix, filet, jarret), le cheval, les volailles sans la peau (poulet, dinde, pintade…), les abats (rognons, foie, cœur), les gibiers (lapin, chevreuil, faisan), le porc (filet mignon, rôti) ou le bœuf (filet, steak haché à 5 % MG, onglet, bavette).

Les charcuteries : contrairement aux idées reçues, toutes les charcuteries ne sont pas grasses… mais certaines d’entre elles atteignent plus de 40 % de matières grasses ! Il s’agit notamment du chorizo, des rillettes pur porc ou du salami. Ces lipides proviennent surtout du porc et contiennent moins d’acides gras saturés (mauvais pour la santé cardiovasculaire) que le bœuf. Cependant, l’excès de matières grasses dans certains produits charcutiers devient néfaste à notre santé par un excès calorique. Leur consommation doit donc rester occasionnelle (une fois par semaine), surtout pour les charcuteries affichant plus de 10 % de matières grasses.

Nos conseils

Privilégiez les charcuteries maigres (moins de 10 % de MG) : jambon blanc, filet de bacon, jambonneau.

Les fromages : les fromages les plus riches en calcium sont malheureusement aussi les fromages les plus riches en matières grasses. Il s’agit notamment des fromages à pâte pressée cuite comme l’emmental, le parmesan, le comté, l’édam… qui peuvent afficher jusqu’à 30 % de matières grasses sur produit fini.
Il existe des « fromages allégés » dont la consommation est destinée aux personnes prêtant une attention toute particulière à leur poids. Ce sont généralement des fromages classiques, déclinés dans une version moins grasse mais tout aussi riche en calcium !

Nos conseils

Favorisez les fromages frais à tartiner, la cancoillotte, le camembert.

Les plats préparés : pour rendre meilleurs en bouche les plats consommés sur le pouce, les industries agro-alimentaires ajoutent des matières grasses aux préparations. Les plats préparés « premier prix » sont généralement plus gras que des plats préparés plus coûteux. Egalement, ne soyez pas attirés par les couleurs de l’emballage ! En effet, on pense souvent à tort qu’un plat dont l’emballage est rouge est « lourd » et donc riche en matières grasses, et qu’un plat dont l’emballage est bleu est plus « léger » et donc plus sain. Si vous êtes un(e) adepte des plats préparés, n’hésitez pas à jeter un œil aux étiquettes alimentaires, vous devriez faire de belles découvertes !

Nos conseils

Favorisez les plats « faits maison ». Vous savez ce qu’ils contiennent et vous pouvez utiliser épices et aromates pour les rendre plus goûteux !

Les sauces : mayonnaise, moutarde à l’ancienne, sauce carbonara, hollandaise ou béarnaise… les sauces sont généralement très grasses. Certaines sont proposées dans des versions « allégées », mais sont souvent à la fois allégées en matières grasses et en goût ! Réservez les sauces traditionnelles pour des occasions particulières (mayonnaise pour accompagner des crevettes, moutarde pour accompagner une palette…) et préférez au quotidien des sauces plus légères.

Nos conseils

Il existe de nombreuses sauces peu grasses que l’on peut réaliser soi-même telles que le coulis de tomate, les sauces à base d’eau (sauce blanche), de lait de soja, de yaourt ou de fromage blanc…

Les pâtes à tarte : qu’elles soient brisées, feuilletées ou encore sablées, les pâtes à tarte sont riches en graisses. Elles contiennent souvent des « graisses végétales » qui, quand elles ne sont pas nommées sur l’emballage, sont souvent de l’huile de palme ou d’autres huiles à fort rendement de production et peu chères.

Nos conseils

Favorisez la pâte brisée pour la fabrication des tartes salées (car c’est la moins grasse des 3) et la pâte à pizza.

Bon à savoir

En plus des graisses cachées viennent s’ajouter les graisses visibles (ajoutées lors de la préparation des repas : beurre, crème, huile…) à hauteur de 30-40 g par jour.

Sources :

Claire Velghe

Par Claire Velghe

Rédactrice santé et nutrition
Ingénieur en alimentation et santé, pianiste aguerrie et surtout experte en desserts maison !

Tous les articles de Claire
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*