Retrouvez votre équilibre !

Mis à jour le 26/04/2017 par Bérangère Barataud

L’équilibre, souvent appelé 6e sens, fait appel à de nombreux organes du corps et fonctionne grâce à des mécanismes complexes situés principalement dans l’oreille interne. Essentiel, l'équilibre nous permet de rester debout et sa moindre perturbation provoque vertiges et autres maux. Comment fonctionne l’équilibre ? Quelles causes peuvent le troubler ? Et pourquoi diminue-t-il avec l’âge ? Réponses...

perte d'equilibre, vertige

Un bon équilibre, comment ça marche ?

Oreille interne

Plusieurs organes entrent en jeu pour assurer un bon équilibre : les yeux, les muscles, la peau, l’oreille interne, ainsi que certains capteurs dans les articulations qui interagissent entre eux et envoient en permanence des informations au cerveau.

Les appareils vestibulaires, organes de l’oreille interne, sont particulièrement impliqués dans le mécanisme de l’équilibre. Il s’agit des cavités vestibulaires et des canaux semi-circulaires. Ils sont au nombre de trois, un pour chaque plan de l’espace (largeur, hauteur, profondeur) et contiennent un liquide interstitiel, l’endolymphe, dans lequel baignent des cils sensoriels qui renseignent le cerveau sur l’orientation et la vitesse des mouvements de la tête. Les deux cavités de l’appareil vestibulaire sont également tapissées de cils sensoriels qui transmettent les informations au nerf vestibulaire, lequel véhicule ensuite l’information de mouvement au cerveau qui décide alors des actions nécessaires afin de garder l’équilibre.

Qu’est-ce qu’un vertige ?

Le vertige est un trouble de l’équilibre donnant l’impression que l’environnement est en mouvement. Les murs, le sol, les objets semblent se balancer ou bouger en tournant.
Les crises peuvent durer de quelques secondes à plusieurs heures, être isolées ou répétées. Le vertige s’accompagne parfois d’autres symptômes : nausées, vomissements, sueurs, maux de tête, perte d’audition ou acouphènes.

Bon à savoir

Ne pas confondre « un vertige » avec « un malaise ». Le malaise n’est pas lié à un trouble de l’équilibre et les symptômes sont différents : faiblesse momentanée avec sensation de « tête vide », de flottement, et/ou perte de connaissance.

Quelles sont les causes des troubles de l’équilibre ?

Trois causes sont responsables de plus de la moitié des cas de vertige :

  • Les VPPB (vertiges positionnels paroxystiques bénins). Lors d’un changement de position ou si la tête est tournée rapidement, des microcristaux de carbonate de calcium (otolithes), normalement situés dans la cavité vestibulaire, se déplacent dans l’un des canaux semi-circulaires, gênant ainsi la perception des mouvements et faisant ressentir comme un mouvement de rotation. Les VPPB sont violents mais brefs (moins d’une minute).
  • La névrite vestibulaire est une inflammation du nerf vestibulaire, due généralement à un virus. Elle provoque une crise de vertige durant plusieurs jours, s’améliorant petit à petit.
  • La maladie de Meunière, dont la cause n’est pas connue, se manifeste par une dilatation du labyrinthe (un ensemble de cavités et conduits situés dans l’oreille interne) et provoque des crises de vertige intenses d’une vingtaine de minutes à une heure. Ces crises peuvent s’accompagner de vomissements, acouphènes et d’une perte d’audition.

Les autres causes possibles sont : un traumatisme au niveau de l’oreille, une infection ORL, des médicaments toxiques pour l’oreille, une intoxication due à un métal, une lésion au niveau du cerveau, un AVC, une SEP (sclérose en plaques) ou encore une cause psychologique.

Bon à savoir

L’une des causes de vertige les plus fréquentes est sans doute… l’ivresse ! En effet, après absorption, l’alcool passe dans le sang, parvient jusqu’à l’oreille, se mêle au liquide interstitiel des cavités vestibulaires et en perturbe le fonctionnement. Résultat : on titube !

Quand consulter ?

Il est conseillé de systématiquement consulter un médecin après un vertige pour identifier sa cause, éviter une récidive et éventuellement recevoir un traitement.
Si le vertige est bénin et s’il n’est pas handicapant, le rendez-vous chez le médecin peut attendre quelques jours, voire quelques semaines.
Si vous ressentez l’un de ces signes, il est important de consulter en urgence :

  • Il vous est difficile de rester debout, de vous déplacer ou de contrôler vos mouvements ;
  • De violents maux de tête apparaissent ;
  • Votre vision se trouble ou vos yeux effectuent des mouvements anormaux ;
  • Dernièrement vous avez subi un traumatisme crânien ;
  • Vous présentez des risques cardiovasculaires.

L’équilibre lié à l’âge

La qualité de l’équilibre est aussi liée à l’âge. Avec le temps, le sens de l’équilibre et la coordination des membres se dégradent, les signaux nerveux sont transmis plus lentement au cerveau qui traite également à son tour les informations plus lentement. Le temps de réaction est alors plus long pour rétablir l’équilibre, augmentant le risque de perte d’équilibre et de chute. On dénombre d’ailleurs plus de chutes après 65 ans (puisqu’une personne de plus de 65 ans sur trois chute au moins une fois par an).
Cette détérioration de l’équilibre est due aux cils sensoriels qui perdent en sensibilité, mais peut aussi être liée à une mauvaise vue.
Pour autant, la perte d’équilibre avec l’âge n’est pas une fatalité et il est possible de maintenir cette faculté en s’exerçant.

Quelques exercices pour améliorer son équilibre

Afin de conserver un bon équilibre, il est possible de s’entraîner de plusieurs manières :

  • utiliser une planche d’équilibre (planche posée sur une demi-sphère) ;
  • pratiquer régulièrement le yoga ou le tai-chi ;
  • pratiquer quelques exercices simples :

Exercice de proprioception sur un pied :
Debout, les yeux ouverts, levez le genou droit en restant en appui sur la jambe gauche seule, puis inversez. Recommencez le même exercice mais les yeux fermés. Essayez de rester ainsi au moins 10 secondes les yeux ouverts et un temps maximum les yeux fermés.

Exercice de proprioception avec déroulement du pied :
Debout, les deux pieds en même temps, passez alternativement des talons aux pointes de pieds. Faites 4 séries de 10.
Pour augmenter le niveau de difficulté, essayez de rester sur les pointes pendant 10 secondes !

Attention : pratiquez toujours ces exercices à côté d’un appui pour pouvoir vous rattraper en cas de perte d’équilibre !

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*