Piqûres d’insectes, morsures… les bons réflexes !

Mis à jour le 12/06/2017 par Alexie Colson

Pique-nique dans les champs, promenade en forêt, randonnée en montagne, voyages dans les pays chauds… ces différentes activités nous amènent parfois à croiser le chemin d’insectes et animaux qui piquent ou mordent ! Quels sont les risques ? Comment se protéger ? Et comment réagir ? Suivez nos conseils pour profiter des joies de la nature en toute sérénité !

piqûre d'insecte, morsure

Piqûres, morsures… quels sont les risques ?

Abeille, bourdon, guêpe et frelon

Si abeilles et bourdons ne piquent qu’une seule fois, il est fréquent que les guêpes et les frelons piquent à plusieurs reprises. La réaction dépend alors de la quantité de venin diffusé dans l’organisme. Avec une seule piqûre, la réaction est le plus souvent simplement locale : la peau devient rouge, légèrement dure, elle gonfle et peut démanger. Ces symptômes s’estompent généralement au bout de quelques heures.

En cas de piqûres multiples, il est possible de faire une réaction toxique. Aux signes de la simple piqûre s’ajoutent alors une sensation de fatigue, des vomissements, une diarrhée, des maux de tête, une chute de tension et parfois des convulsions ou une perte de connaissance.

Enfin, une seule piqûre peut entraîner une réaction allergique.

En cas de piqûre, comment réagir ?

  • Retirez l’aiguillon ou le dard avec une pince ou en grattant avec l’ongle mais sans presser, vous risqueriez de diffuser le venin ;
  • Désinfectez la piqûre ;
  • En cas de vive réaction allergique (gonflement des paupières ou des lèvres, étourdissements, gêne respiratoire ou pâleur extrême), consultez rapidement un médecin.

Moustiques

En France métropolitaine, la piqûre de moustique laisse une simple réaction cutanée sans gravité : la peau rougit et démange. En revanche, dans les régions tropicales, les moustiques sont vecteurs de plusieurs maladies : chikungunya, paludisme, dengue, fièvre jaune… Non traitées à temps, ces maladies peuvent être fatales.

En cas de piqûre, comment réagir ?

  • Ne grattez pas pour ne pas répandre l’inflammation ;
  • Mettez du froid (compresse, glaçon dans un torchon) sur la piqûre pour atténuer les démangeaisons ;
  • Si les démangeaisons sont trop importantes, vous pouvez utiliser des crèmes, gels, pommades que vous trouverez en pharmacie.
Si vous êtes allergique aux piqûres de moustique, que vous observez un gonflement ou une éruption importante, ou que vous ressentez des difficultés à respirer voire des douleurs abdominales, n’attendez pas et contactez le 15 (SAMU).

Quelles précautions prendre ?

Selon votre destination, certains vaccins sont obligatoires ou conseillés !

Pensez aussi à la protection individuelle pour une meilleure protection contre les maladies infectieuses transmises par les insectes :

  • Répulsif anti-insectes : Optez de préférence pour un répulsif contenant du DEET (diethyl-toluamide), de la picaridine (icaridine ou KBR3023), de l‘IR3535 ou du citrodiol.
  • Moustiquaire
  • Diffuseur électrique ou à pile
  • Serpentin fumigène anti-moustique
  • Bombe aérosol
  • Vêtements protecteurs
  • Climatisation
  • Élimination des gîtes larvaires

Tiques

La tique s’accroche à l’homme à l’occasion d’un contact étroit avec des végétaux. Une fois bien fixée sur son hôte, elle se gorge de son sang, puis se détache en se laissant tomber au sol pour pondre et mourir après. En France, le risque de morsure par une tique est plus présent au printemps et en été.

A la suite d’une promenade en forêt ou dans des herbes hautes, il est important d’inspecter son corps à la recherche de tiques et de les retirer immédiatement le cas échéant. Examinez votre corps et plus particulièrement les plis et les creux, le cuir chevelu, la nuque et les oreilles. N’hésitez pas à vous aider d’un miroir ou à demander l’aide de votre entourage ! La tique n’est pas dangereuse dans l’immédiat, mais elle peut transmettre à l’homme certaines maladies, dont la maladie de Lyme.

En cas de morsure, comment réagir ?

Il est important de retirer la tique le plus tôt possible (moins de 36 à 48 h) et en entier pour éviter le risque d’infection. L’extraction se fait à l’aide d’un tire-tique, en vente en pharmacie.
Il suffit d’interposer le tire-tique entre la tique et la peau, puis d’exercer un mouvement de rotation pour décrocher la tique. N’hésitez pas à demander conseils à votre pharmacien si besoin, et pensez à désinfecter localement. La rougeur doit s’estomper en moins de 2 jours. Si ce n’est pas le cas, ou si apparaissent de la fièvre, des douleurs articulaires et une fatigue inhabituelle, consultez votre médecin !

Si votre chien vous accompagne, pensez également à l’examiner !

A ne pas faire !

  • Évitez l’éther qui favorise la régurgitation de la tique ;
  • N’utilisez pas de pince à épiler car il y a un risque que la tête de la tique reste dans la peau : si c’est le cas, prenez rapidement rendez-vous chez votre médecin pour la faire enlever ;
  • Ne prenez pas d’antibiotique à la suite d’une morsure de tique en prévention de la maladie de Lyme. Si vous faites partie de la population à risque : femme enceinte, enfant de moins de 8 ans, personne immunodéprimée… n’hésitez pas à consulter rapidement.

Vipères

L’animal n’est pas toujours venimeux mais sa morsure présente plusieurs niveaux de gravité : de la simple morsure sans douleur ni œdème, jusqu’à des troubles rénaux, pulmonaires et sanguins nécessitant une hospitalisation.

En cas de morsure, comment réagir ?

  • Mettez la personne mordue au repos car les mouvements favorisent la dispersion du venin dans le corps ;
  • Nettoyez la plaie puis la désinfecter avec un antiseptique ;
  • Enlevez bagues et bracelets qui peuvent faire garrot en cas d’œdème ;
  • Immobilisez le membre touché ;
  • En cas de douleurs, donnez uniquement du paracétamol : l’aspirine ou les anti-inflammatoires pourraient augmenter le risque de saignement ;
  • Rassurez la personne et calmez-la, ainsi que son entourage ;
  • Mettez la victime en position latérale de sécurité (sur le côté, la tête légèrement plus basse que le corps) en cas de perte de connaissance ;
  • Ne laissez pas la personne mordue seule : restez bien avec elle jusqu’à l’arrivée des secours !

A ne pas faire !

  • Inciser la peau, sucer ou brûler la plaie ;
  • Mettre un garrot ;
  • Comprimer la plaie ;
  • Mettre de la pommade, glace… sur la morsure ;
  • Utiliser une pompe à venin. En effet, cet appareil n’a pas fait la preuve de son efficacité car le venin pénètre en profondeur dans l’hypoderme ;
  • Injecter de l’héparine ou des corticoïdes ;

Quelles précautions prendre pour éviter les piqûres ou morsures ?

  • Ne faites pas de gestes brusques face à un insecte et enseignez cette mesure de prudence aux enfants.
  • Regardez systématiquement dans votre verre avant de boire et évitez de boire directement à la canette.
  • Portez des vêtements longs et clairs.
  • Installez une moustiquaire au-dessus de votre lit et sur le transat de votre bébé.
  • Utilisez des produits répulsifs contre les insectes.
  • Évitez de marcher pieds nus ou de porter des chaussures ouvertes dans les endroits où il peut y avoir des vipères. Portez des bottes ou des chaussures fermées et un pantalon.
  • Évitez de mettre les mains ou les pieds dans les endroits où des vipères peuvent se cacher.
  • Si vous faites du camping, vérifiez votre duvet avant de vous y glisser et inspectez vos chaussures avant de les mettre.
  • Si vous croisez une vipère en marchant, passez votre chemin calmement sans l’effrayer ni tenter de la faire fuir. La nuit, équipez-vous d’une lampe de poche et frappez le sol avec un bâton en marchant.

Appels d’urgence

Appelez le SAMU 15 (service d’aide médicale urgente) ou le 112 (numéro d’urgence européen) depuis un téléphone fixe ou depuis un téléphone mobile, même bloqué ou sans crédit, si :

  • Vous avez été piqué à plusieurs reprises ;
  • Les piqûres se situent dans une zone dangereuse (bouche, face, cou, gorge) ;
  • Vous êtes allergique ou avez des antécédents allergiques ;
  • Vous avez été mordu par un serpent.

Nos conseils : Si un œdème se forme à la suite d’une morsure ou piqûre, même sans autre symptôme, une hospitalisation peut être nécessaire. Consultez rapidement un médecin.

Quel comportement adopter lors de l’appel ?

  • Être calme et clair ;
  • Communiquer son numéro de téléphone, nom et si possible celui de la personne concernée ;
  • Donner l’adresse du lieu de l’incident avec le plus de précisions possibles ;
  • Décrire l’incident et l’état de la personne ;
  • Attendre que l’interlocuteur donne l’autorisation de raccrocher.
Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*