Internet et les réseaux sociaux : quels risques pour la santé ?

Mis à jour le 18/11/2013 par Sophie NIKLASZEWSKI

Utiles ou divertissants, Internet et les réseaux sociaux prennent une place grandissante dans notre quotidien, particulièrement chez les plus jeunes. Parallèlement, le nombre croissant d’appareils connectés et de mobiles sur le marché ne facilite pas le décrochage. Comment Internet et les réseaux sociaux peuvent représenter des risques pour la santé ? Quels sont les signes d’un usage problématique ou d’une addiction à Internet ? Surfez sur nos conseils…

internet_reseaux sociaux_web_126153608

La perturbation du sommeil

Selon l’étude HBSC (Health Behaviour in School-aged Children) de 2010 qui s’intéresse aux habitudes des 11-15 ans en France, les jeunes qui utilisent Internet ou regardent la télévision le soir dorment en moyenne 30 à 45 minutes de moins que les autres ! Plus précisément, les adolescents qui utilisent un ordinateur le soir dorment en moyenne 8h06 par nuit contre 8h50 pour ceux qui n’en utilisent pas et les utilisateurs de téléphones portables équipés d’Internet dorment encore moins : 7h59 par nuit contre 8h44 pour ceux qui n’en utilisent pas le soir.

Or, les conséquences d’un mauvais sommeil sur la santé de l’enfant sont nombreuses :

  • Une diminution des capacités de concentration et d’attention, une baisse des performances de la mémoire et des apprentissages ainsi qu’une somnolence entraînant des difficultés scolaires,
  • Des troubles du comportement : agressivité, hyperactivité…
  • De l’anxiété, voire une dépression,
  • Une augmentation du risque d’accidents.

Ces conséquences néfastes sont les mêmes pour les adultes.

Nos conseils

Convenez avec votre adolescent d’une heure limite pour utiliser ses appareils connectés le soir afin de préserver son sommeil et essayez de donner le bon exemple !

La cyber-intimidation ou cyber-harcèlement

La cyber-intimidation (ou cyber-harcèlement) se définit par des actes répétés d’agression psychologique commis par un individu, ou un groupe, sur une victime par l’intermédiaire d’e-mails, de sites Web, des réseaux sociaux, forums, blogs, messageries instantanées ou sms. Ce harcèlement se manifeste par des menaces, des insultes, l’envoi de messages choquants, de photos obscènes, des rumeurs, des tags sur des photos gênantes…
Ces intimidations peuvent concerner un collègue de bureau, un camarade de classe, un ex-conjoint… Comme toute forme de harcèlement, la cyber-intimidation entraîne des conséquences à la fois physiques et psychologiques sur la victime : stress, isolement, comportement violent, dépression, tendances suicidaires. Plusieurs cas de suicides d’adolescents victimes de cyber-harcèlement ont été recensés aux Etats-Unis et en Angleterre ces dernières années.

Nos conseils

Il ne faut pas rester seul face à ce problème. Pour les jeunes, il est important d’en parler rapidement à un adulte ; si le problème ne se règle pas rapidement, il ne faut pas hésiter à porter plainte ; le cyber-harcèlement est un délit.
Vous pouvez parler anonymement avec des spécialistes de l’usage d’Internet, du mobile et des jeux vidéo en appelant gratuitement (depuis un poste fixe) la ligne d’écoute téléphonique du programme Safer Internet France : Net Ecoute au 0800 200 000 (lundi au vendredi de 9h à 19h).
Plus de conseils sur internetsanscrainte.fr.

La cyberdépendance ou cyberaddiction

La cyberdépendance ou cyberaddiction est un trouble psychologique qui se manifeste par un besoin irrépressible et obsessionnel d’utiliser Internet. Ce trouble n’est pas reconnu dans le Manuel de diagnostique et statistique des troubles mentaux comme une maladie ou une addiction, il s’agit plutôt d’un usage problématique d’internet.

Les caractéristiques d’une addiction sont :

  • Une envie irrépressible du comportement addictif,
  • Un abandon d’autres activités au profit du comportement,
  • Des conséquences individuelles, familiales, sociales, professionnelles,
  • Une sensation de manque ou de malaise en cas d’interruption du comportement,
  • Un comportement non ponctuel mais qui se prolonge sur plusieurs mois ou plusieurs années.

Ainsi, selon son ressenti, seule la personne concernée peut qualifier son trouble d’« addiction ».

Le cas des adolescents. Il faut être prudent avec le terme « addiction » qui convient rarement au comportement des adolescents qui ont souvent, à certaines périodes et dans certains domaines, des comportements ni raisonnables ni maîtrisés. En revanche, les signes d’addiction à Internet (repli sur soi, décalage des heures de sommeil et d’alimentation…) peuvent également être les symptômes d’un trouble psychologique plus grave et doivent inciter à consulter un médecin.

Il existe plusieurs types particuliers de cyberdépendance :

  • aux jeux vidéo, qui concerne plutôt de jeunes hommes,
  • aux jeux d’argent et de hasard en ligne, qui concerne des personnes plus âgées (25-30 ans) et des groupes hétérogènes mais toujours majoritairement des hommes,
  • aux sites pornographiques, qui concerne plutôt les hommes de 30-40 ans,
  • aux achats compulsifs, qui concerne plutôt les femmes de 30-40 ans.

Dans ces derniers cas, Internet n’est pas le sujet de l’addiction en elle-même mais plutôt un moyen de s’adonner à une autre addiction en la facilitant.

Les causes d’une cyberaddiction peuvent être :

  • Une quête identitaire (à travers les avatars des jeux vidéos),
  • Un refuge face aux problèmes du quotidien (solitude, incompréhension et non reconnaissance),
  • Une incapacité à gérer l’ennui,
  • Une forme de dépendance à l’autre ou un problème de confiance et d’estime de soi.

Quel traitement ? Si la dépendance est vécue comme une souffrance, il est important de consulter un médecin. Le sevrage total n’est pas une solution à long terme, Internet faisant partie intégrante de la vie et de la société actuelle. Il faut construire un autre projet de vie avec des activités quotidiennes et divers autres centres d’intérêt. Un suivi psychothérapeutique peut être utile.

Test d’addiction à Internet développé par le Dr Young du Center for Internet Addiction (en anglais) : http://netaddiction.com/internet-addiction-test/

Sources :

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*