Dossier spécial

Zoom sur les masques grand public

Mis à jour le 30/04/2020 par Bérangère Barataud

Les masques grand public, aussi appelés masques non sanitaires, font désormais partie des produits disponibles pour se protéger du coronavirus, en complément des gestes barrières. Quelles sont leurs spécificités ? Où les trouver ? Réponses…

masques grand public ou masques non sanitaires

Des masques grand public pour tous

Pour lutter contre le coronavirus, l’Etat a souhaité le développement d’une nouvelle famille de masques : les masques dits grand public ou masques non sanitaires. Chaque Français devra y avoir accès à la date annoncée du déconfinement, le 11 mai prochain. Une production nationale intensive, complétée par des importations, devrait permettre de répondre aux besoins.

Pour lancer la création des masques grand public, la Direction générale des entreprises (DGE) a initié un appel à propositions à partir d’un cahier des charges élaboré par la Direction générale de l’armement (DGA). Plusieurs centaines d’entreprises ont répondu à cet appel et tous les prototypes de masques ont fait l’objet de tests de filtration et de perméabilité conduits par la DGA. Aujourd’hui, plus de 240 entreprises françaises réalisent des masques grand public conformes aux exigences requises de filtration et respirabilité.

Les masques grand public offrent une protection adaptée pour certaines activités professionnelles, non médicales, et constituent une barrière de protection supplémentaire contre le coronavirus, protégeant la bouche et le nez de tout contact avec les mains.
Pour autant, le port de ce masque ne doit pas faire oublier le respect des gestes barrières, ainsi que les mesures de distanciation sociale d’au moins un mètre entre chaque personne.
Ils n’ont pas été conçus pour les personnes présentant des signes d’infection respiratoire.

Les spécificités des masques grand public

Suite aux tests conduits par la Direction générale de l’armement (DGA) et aux recommandations de l’Agence nationale pour la sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), deux catégories de masques grand public ont été définies :

  • Les masques à usage non sanitaire de catégorie 1 (UNS1) : il s’agit de masques individuels à usage des professionnels en contact régulier avec le public : policiers, gendarmes, caissières, plombiers, ouvriers, hôtesses d’accueil, contrôleurs… Ces masques filtrent plus de 90 % des particules émises d’une taille supérieure ou égale à 3 microns.
  • Les masques à usage non sanitaire de catégorie 2 (UNS2) : ils sont destinés au grand public et visent à protéger les personnes ayant des contacts occasionnels dans un cadre professionnel. Ces masques filtrent plus de 70 % des particules émises d’une taille supérieure ou égale à 3 microns.

Ces masques sont en tissu et peuvent être jetables, donc à usage unique, ou lavables. Dans ce cas, ils doivent résister à au moins 5 cycles de lavages complets à 60°.
Ils doivent être facilement identifiés par l’un de ces logos :

logos masques grand public ou masques non sanitaires

Les entreprises doivent aussi :

  • indiquer sur l’emballage les performances de filtration ;
  • fournir une notice avec le mode d’utilisation, de lavage et d’entretien du masque. Les masques grand public doivent notamment être changés toutes les 4 heures maximum et dès qu’ils s’humidifient.

Toutes les infos pratiques pour bien utiliser son masque…

Bon à savoir

La Direction générale des entreprises rappelle que « la mise sur le marché de masques grand public ne fait pas l’objet d’une autorisation, ni d’une homologation. Les fabricants qui souhaitent commercialiser leurs masques en tant que masques de catégorie 1 ou 2 doivent être en mesure de justifier le respect des spécifications attendues. » Les masques doivent être testés par un tiers compétent, comme la Direction générale de l’armement (DGA) et l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH). Les résultats de ces tests doivent ensuite être publiés par le gouvernement et fournis sur demande.
Pour guider la fabrication de ces masques, l’AFNOR a publié une spécification détaillée, avec les exigences minimales et recommandations de conception dans le document « Masques barrières AFNOR SPEC S76-001 ». De nombreuses entreprises l’utilisent pour pouvoir ensuite présenter leurs productions à la DGA.

Où trouver des masques grand public ?

Les masques grand public figurent désormais sur la liste des marchandises autorisées à être vendues en pharmacie. Depuis le 26 avril dernier, votre pharmacien peut donc vous les proposer. Vous pourrez en même temps bénéficier de conseils sur le port du masque, comment bien le mettre et l’enlever.
Des masques grand public sont aussi désormais proposés dans les bureaux de tabac. Progressivement, ils seront disponibles dans tous les commerces, notamment vendus en grande distribution depuis le 4 mai entre 2 et 3 euros l’unité.

Ces recommandations sont actualisées à la date du 6 mai 2020 et peuvent être revues à tout moment selon l’évolution de la pandémie liée au coronavirus Covid-19.

6 sur 15
%postcontent%
Bérangère Barataud

Par Bérangère Barataud

Férue de presse scientifique et d'infos santé, mais surtout maman poule !

Tous les articles de Bérangère Barataud
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*