Grippe et covid 19 : prévenir une possible co-épidémie

Mis à jour le 01/10/2020 par Bérangère Barataud

Comment se protéger au mieux, cet hiver, face à la concomitance de la grippe et de la covid 19 ? Dans notre quotidien, à la maison, au travail, à l’extérieur… des moyens de prévention existent pour limiter la circulation des virus et le risque d’infection. Objectif : éviter une co-épidémie de grippe/covid 19, redoutée par les services de réanimation…

grippe et covid 19

Maintenir les gestes barrières

Les moyens de prévention classiquement utilisés contre la covid 19 permettent, de la même manière, d’être moins exposé au virus de la grippe.
C’est pourquoi, on recommande de :

  • se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, ou à défaut utiliser une solution hydro-alcoolique car le mode de contamination des germes n’est pas exclusivement par voie respiratoire, il est aussi par contact (mains sales, surfaces contaminées) ;
  • garder une distance de 1 mètre à 1,5 mètre avec une autre personne ;
  • porter correctement un masque, il doit couvrir le nez et la bouche ;
  • aérer son logement ;
  • éternuer ou tousser dans le pli du coude ;
  • utiliser des mouchoirs à usage unique pour se moucher et les jeter ensuite dans une poubelle idéalement fermée.

Eviter le contact entre une personne et un agent infectieux est une arme très efficace contre les virus respiratoires. Et pour cause : ils ont besoin de pénétrer dans une cellule pour vivre et se développer. Or, si on les en empêche grâce aux gestes barrières, les virus vont alors s’autodétruire.

A l’extérieur

Une distance de 1 m à 1,5 mètre entre chaque personne est toujours préconisée pour éviter tout risque de contamination, même à l’extérieur. Les contacts rapprochés se font souvent dans les files d’attente, au marché… restez prudents dans ce type de situations.

Dans certaines villes et certains quartiers, le port du masque est obligatoire. Il l’est aussi dans les lieux publics fermés, les transports en commun. Bien porté (couvrant la bouche et le nez), le masque joue un véritable rôle de barrière entre les personnes et les virus.

A la maison

En hiver, les logements doivent être chauffés, mais il est tout aussi important d’aérer quotidiennement les pièces, d’assurer une bonne ventilation et de ne surtout pas couper la VMC.

En entreprise

Le recours au télétravail est à favoriser autant que possible car il fait partie des mesures très concrètes qui éloignent les hommes des virus, et notamment du coronavirus SARS-CoV-2.

Sur le lieu de travail, il est possible de limiter la co-circulation des virus grâce à :

  • une vérification du système de chauffage
    L’objectif est d’éviter de créer des aérosols de particules pouvant être repris par les mouvements de convection du chauffage.
  • une bonne ventilation des locaux
    Une ventilation efficace évite de brasser l’air ambiant, et donc les particules virales si elles sont présentes. Elle prévient aussi tout risque de faire recirculer un air non filtré.
    Un débit minimum de 30 m3/heure/personne permet d’éliminer les virus. Dans ces conditions, une salle de réunion bénéficiant par exemple d’une ventilation de 300 m3/heure pourrait accueillir jusqu’à 10 personnes.
  • la règle des 4 m2/personne avec masque
    La surface des bureaux est aussi à prendre en compte. Par exemple, une salle de 40 m2 pourrait accueillir jusqu’à 10 personnes car la règle des 4 m2/personne est bien respectée.
  • la règle des 5 jours
    Si une personne infectée par le coronavirus SARS-CoV-2 a été présente sur son lieu de travail, il est important de bien nettoyer les surfaces avec un détergent et ensuite de désinfecter avec un virucide. Néanmoins, il faut savoir qu’avec le temps, la charge virale du virus présent sur une surface diminue. C’est pourquoi, au bout de 5 jours, on estime que le virus n’est plus en quantité suffisante pour infecter une personne et qu’il n’y a plus de risque de contamination.
  • l’usage de plaques en plexiglas, d’hygiaphones
    Ces moyens de protection permettent d’éviter les contaminations. En revanche, ce n’est pas le cas des visières : elles protègent mal car l’air peut rentrer, c’est pourquoi il est recommandé de les porter avec un masque.

Bon à savoir

  • Sur une surface de bureau, sur du plastique, de l’inox : le coronavirus SARS-CoV-2 survit au maximum 5 jours.
  • Sur du papier, du carton : il survit seulement quelques heures.
  • Sur des vêtements : encore moins longtemps.
Une bonne nouvelle ?!
Au cours de l’hiver 2019-2020 et de l’hiver austral 2020, il y a bien eu une co-circulation des virus grippaux avec le coronavirus SARS-CoV-2. Néanmoins, elle a été relativement faible grâce à l’application des gestes barrières et à une compétition entre les virus eux-mêmes.

Se faire vacciner contre la grippe

Outre les gestes barrières et mesures d’hygiène, la vaccination contre la grippe est un moyen de prévention supplémentaire pour éviter une possible co-épidémie grippe/covid 19. Elle est recommandée aux personnes les plus à risque de complications graves, à savoir :

  • les personnes de 65 ans et plus ;
  • les personnes atteintes de certaines maladies chroniques ;
  • les femmes enceintes ;
  • les personnes souffrant d’obésité ;
  • l’entourage familial des nourrissons de moins de 6 mois présentant un risque de grippe grave ;
  • les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ou dans un établissement médico-social d’hébergement ;
  • l’entourage des personnes immuno-déprimées.

En pratique, la vaccination contre la grippe est recommandée dès le mois d’octobre, d’autant plus qu’il faut compter ensuite près de 15 jours pour être protégé.
A savoir aussi : toute personne infectée par le coronavirus SARS-CoV-2 doit attendre d’être guérie pour se faire vacciner contre la grippe.

En entreprise

Les campagnes de vaccination organisées en entreprise facilitent l’accès au vaccin pour les salariés qui souhaitent se faire vacciner contre la grippe, touchant en même temps des personnes à risque de complications graves, comme en cas d’obésité.

L’autre intérêt d’être vacciné contre la grippe, même si l’on se sent en bonne santé, c’est de ne plus risquer de transmettre la maladie. De cette façon, on protège son entourage, et notamment les personnes les plus fragiles.

Sources :

  • MesVaccins.net
  • Institut Pasteur de Lille, Webinaire covid 19/grippe avec l’intervention du Pr Camus, infectiologue et médecin consultant du Centre Prévention Santé Longévité, le 29/09/2020
  • Interview du Dr Elisabeth Nicand, responsable du Centre des vaccinations internationales à l’hôpital Robert Picqué, Villenave d’Ornon, et membre de la Commission spécialisée maladies infectieuses et maladies émergentes du Haut Conseil de la santé publique, le 02/09/2020

5 sur 6
%postcontent%
Bérangère Barataud

Par Bérangère Barataud

Férue de presse scientifique et d'infos santé, mais surtout maman poule !

Tous les articles de Bérangère Barataud
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?