Le fluor : l’ami de vos dents, l’ennemi des caries

Mis à jour le 02/02/2020 par Bérangère Barataud

La santé bucco-dentaire des Français se dégrade : près de 4 personnes sur 10 ne vont pas chez le dentiste et plus de la moitié de la population française a des besoins en soins bucco-dentaires. Face à ce problème de santé publique, l’usage de dentifrices fluorés apparaît plus que jamais essentiel pour prévenir la survenue de caries. Et pourtant, les messages « anti-fluor » se multiplient sur Internet et les réseaux sociaux, semant le doute. Il est urgent de décrypter le vrai du faux…

Fluor

Le fluor, indispensable pour prévenir les caries

Il n’y a pas de doutes à avoir : le fluor joue un rôle majeur dans la prévention des caries et le maintien d’une bonne santé bucco-dentaire. D’ailleurs, plus la concentration en fluor – précisément en sels de fluor appelés fluorures – est importante dans les dentifrices, plus sa fonction préventive est grande. Pour repère : un dentifrice est efficace s’il contient au moins 1000 ppm (parties par million) de fluor.

Le fluor a de nombreuses actions sur les dents :

  • Il augmente leur résistance aux attaques acides ;
  • Il participe à la reminéralisation de l’émail ;
  • Il a un rôle anti-bactérien.

Pour l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), le fluor fait clairement partie des outils de prévention de la carie dentaire, considérant même le dentifrice fluoré comme un médicament essentiel. En effet, lorsqu’il est utilisé à un dosage optimal et sous une forme appropriée, le fluor joue un rôle thérapeutique en bloquant l’évolution de la carie et en reminéralisant la dent.

Nos conseils

Pour conserver une bonne santé bucco-dentaire, l’UFSBD (Union française pour la santé bucco-dentaire) recommande :

  • un brossage des dents 2 fois par jour, pendant 2 minutes, avec une brosse à dents adaptée et un dentifrice fluoré ;
  • un nettoyage des espaces interdentaires à l’aide de brossettes ;
  • au moins une visite annuelle chez le dentiste ;
  • une alimentation variée et équilibrée, avec une diminution de la consommation de sucre.

Le fluor, victime des fake news

Malgré les nombreuses données scientifiques montrant l’innocuité et l’efficacité du fluor, bon nombre d’informations erronées, voire dangereusement farfelues, circulent sur Internet et les réseaux sociaux. Ces « fake news », comme on les appelle, sont propagées par des groupes « anti-fluor » qui remettent en cause son innocuité. Certains s’appuient sur la confusion possible entre le fluor (gaz irritant, totalement absent des produits d’hygiène bucco-dentaire) et les fluorures, les sels de fluor présents dans les dentifrices. D’où l’importance de bien savoir de quoi on parle ! D’autres dénoncent la fluoration de l’eau potable dans de nombreux pays, parmi lesquels les Etats-Unis. Mais comme le souligne le Dr Nolwen Le Pouriel, vice-présidente de l’UFSBD* Mayotte, après plus de 60 ans de recul, il y a un véritable consensus scientifique pour dire que la fluoration de l’eau est l’une des dix plus grandes mesures de santé publique du XXe siècle.
Malheureusement, les fake news anti-fluor sèment le doute dans les esprits et les conséquences sur la santé bucco-dentaire sont bien visibles. Les chirurgiens-dentistes s’alarment du nombre croissant d’enfants présentant de nombreuses caries alors qu’ils se brossent bien les dents. En cause : leur dentifrice pas assez, voire pas du tout fluoré ! Les nouvelles pratiques du fait maison ou du tout bio y sont pour quelque chose. Les parents croyant bien faire en confectionnant eux-mêmes leurs dentifrices ou en achetant un dentifrice bio sans fluor (alors que des dentifrices bio avec du fluor existent) proposent en réalité à leurs enfants un dentifrice non adapté, qui ne protège pas assez les dents du fait du manque de fluor. D’où l’importance aussi de bien vérifier la teneur en fluor dans les dentifrices. Tout comme de bien respecter les prescriptions de dentifrices adaptés à certaines pathologies. N’oublions pas qu’il n’y a pas de bonne santé générale sans une bonne santé bucco-dentaire.

La parole au Dr Sophie Dartevelle, présidente de l’Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD)
Sophie Dartevelle UFSBDL’utilisation d’un dentifrice fluoré pour le brossage des dents est recommandé à tous, enfants, adultes, et ce, dès le plus jeune âge. Actuellement, les recommandations en matière de fluor dans les dentifrices, en particulier les dentifrices pour enfants, sont en décalage par rapport aux recommandations mondiales. Au vu des données scientifiques, la teneur en fluor des dentifrices couramment utilisés avant 6 ans (500 ppm de fluor) n’est pas suffisante pour assurer une réelle action préventive contre les caries. C’est pourquoi l’UFSBD recommande l’usage d’un dentifrice à 1000 ppm de fluor, dès le plus jeune âge et jusqu’à 6 ans, chez les enfants ayant un risque faible de carie.
De telles concentrations de fluor n’augmentent pas le risque de fluorose (apparition de taches sur les dents liées à un excès de fluor), d’autant plus si l’on respecte la quantité de dentifrice recommandée sur la brosse à dents. Jusqu’à 3 ans, on conseille une trace de dentifrice posée dans la largeur de la brosse. A partir de 3 ans, un petit pois de dentifrice.
A partir 6 ans, et chez les adultes, on peut passer à un dentifrice à 1450 ppm de fluor appliqué dans le sens de la longueur de la surface de brossage. Il revient au dentiste de moduler ses conseils en fonction du risque carieux de son patient et de l’environnement dans lequel il vit, notamment s’il est exposé à une eau de consommation très fluorée par exemple… Une dernière recommandation : ne pas rincer après le brossage !

Les nouvelles recommandations de l’UFSBD en matière de fluor dans les dentifrices

Recommandations fluor UFSBD

 

Bon à savoir

Depuis le 1er avril 2019, l’Assurance maladie prend en charge la pose de vernis fluoré pour protéger les dents des enfants de 6 à 9 ans à haut risque carieux, dans la limite de 2 applications par an.

*Union française pour la santé bucco-dentaire : organisme officiel de la profession dentaire depuis 1966 et centre collaborateur OMS. L’UFSBD représente les 38 000 chirurgiens-dentistes qui agissent au quotidien pour la santé bucco-dentaire des Français et se positionne comme un véritable acteur de santé publique.

Sources :

Bérangère Barataud

Par Bérangère Barataud

Férue de presse scientifique et d'infos santé, mais surtout maman poule !

Tous les articles de Bérangère Barataud
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*