Dossier spécial

Zoom sur la démarche Bleu-Blanc-Cœur

Mis à jour le 26/06/2017 par Bérangère Barataud

« Oui, on a tous le droit de bien manger », tel est le slogan revendiqué par l’association Bleu-Blanc-Cœur. Son objectif, depuis près de 20 ans, est de créer une filière agricole à vocation santé pour l’homme, l’animal et l’environnement. Pari réussi ? Entretien et explications avec Nathalie Kerhoas, directrice Bleu-Blanc-Cœur, et Pierre Weill, co-président.

Bleu Blanc Coeur

Agir en amont dans la chaîne alimentaire

L’association Bleu-Blanc-Cœur est née en 2000 à la suite d’un constat inquiétant : celui de l’impact négatif d’une alimentation faiblement diversifiée des animaux sur la qualité de la viande. A base de maïs et de soja, ce mode alimentaire très largement répandu est pourtant à l’origine d’une viande plus grasse, notamment plus riche en graisses saturées (mauvaises graisses). Comme l’explique Pierre Weill, co-président Bleu-Blanc-Cœur, « l’alimentation des animaux modifie le profil lipidique du gras de la viande ».

Pour contrer ce mode alimentaire, l’association Bleu-Blanc-Cœur a pris le parti d’améliorer les pratiques d’élevage, à commencer par adapter l’alimentation des animaux à leurs besoins. Concrètement, il s’agit de réintroduire naturellement de l’herbe, de la luzerne et du lin pour offrir en même temps aux animaux une alimentation plus riche en oméga-3, en fibres et en polyphénols.

Une filière à vocation santé, vertueuse pour l’environnement

En s’appuyant sur un cahier des charges dictant une obligation de moyens avec un apport en oméga-3 naturel dans l’alimentation, et de résultats avec une qualité nutritionnelle améliorée (contrôles, audits et analyses de toute la chaîne alimentaire), la démarche Bleu-Blanc-Cœur agit sur :

  • le bien-être animal : les éleveurs qui suivent la démarche témoignent d’une meilleure santé de leurs bêtes ;
  • la santé de l’homme : l’amélioration de l’alimentation des animaux montre des effets très positifs sur la santé de l’homme. Les études scientifiques prouvent l’influence de l’alimentation des animaux sur les apports en acides gras et l’amélioration des qualités nutritionnelles de la viande, offrant davantage d’oméga-3 et moins de graisses saturées dans l’assiette. De manière plus globale, les produits Bleu-Blanc-Cœur apparaissent comme une solution des plus intéressantes pour pallier une consommation d’oméga-3 extrêmement insuffisante en France.

En même temps, la démarche Bleu-Blanc-Cœur démontre des effets positifs sur :

  • l’environnement, en adaptant l’alimentation des animaux à leurs besoins, on réduit le gaspillage énergétique : baisse de 18 % des émissions de méthane et des millions de tonnes de CO2 non rejetés dans l’atmosphère ;
  • la biodiversité, avec la production de nouveaux hectares de lin et de lupin, et ainsi moins de soja et de maïs ;
  • le rendement des productions végétales, qui est à la hausse lorsque de la biodiversité est apportée dans la rotation des cultures ;
  • la qualité de la viande qui est au final plus tendre et savoureuse puisque qu’elle perd moins d’eau.

En rassemblant des acteurs engagés dans une agriculture et une consommation responsables, la démarche Bleu-Blanc-Cœur réussit à rétablir un cercle vertueux avec la nature, pour le bien-être animal et le bien-être de l’homme. Pas de doute, « agir, c’est mieux ! »

Une démarche reconnue
Validée en 2008 par le comité d’experts en nutrition du PNNS (Programme national nutrition santé), la démarche Bleu-Blanc-Cœur a été reconnue en 2011 par le ministère de l’Environnement et les Nations unies comme méthode officielle pour lutter contre les gaz à effets de serre.
En 2013, le ministère de l’Agriculture reconnaît à son tour l’intérêt nutritionnel et environnemental de la démarche Bleu-Blanc-Cœur, et l’inscrit au PNA (Programme national de l’alimentation).

Sources :

  • Entretien avec Nathalie Kheroas, directrice Bleu-Blanc-Cœur, 27/01/17
  • Rencontre Bleu-Blanc-Cœur, 02/06/17
  • The choice of animal feeding system influences fatty acid intakes of the average French diet, OCL, 07/04/17
  • Les 19e Entretiens de nutrition de l’Institut Pasteur de Lille, 16/06/17
6 sur 8
%postcontent%
Bérangère Barataud

Par Bérangère Barataud

Férue de presse scientifique et d'infos santé, mais surtout maman poule !

Tous les articles de Bérangère
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*