Tordez le cou à la cervicalgie !

Mis à jour le 07/03/2016 par Bérangère Barataud

Les douleurs du cou concernent chaque année 30 % à 50 % des Français. Mais qu’est-ce que la cervicalgie ? Quelles en sont les causes, comment réagir et surtout comment prévenir ces désagréments ? Des conseils qui valent le coup !

cervicalgie_aigue_185622926_web

Qu’est-ce qu’une cervicalgie ?

Le cou est la partie du corps qui fait le lien entre le tronc et la tête. Il sert à bouger et à maintenir la position de la tête. Il comporte sept vertèbres cervicales, séparées par des disques vertébraux (qui absorbent les chocs pour la colonne), des muscles, des ligaments, des vaisseaux sanguins, des tendons et des nerfs. La cervicalgie est une douleur du cou qui peut survenir au niveau des muscles, des disques, des articulations ou des ligaments.
Cette douleur au niveau du cou, qui peut irradier aussi dans les épaules, est le symptôme le plus évident de cette affection, mais d’autres symptômes peuvent apparaître :

  • une gêne pour tourner la tête ;
  • des maux de tête ;
  • des vertiges ;
  • de la fatigue.

Quelles sont les causes de la cervicalgie ?

Il existe trois types de cervicalgie :

  • La cervicalgie commune
    Elle peut être due à :

    • De l’anxiété ;
    • Une activité professionnelle ou sportive. Plus fréquente chez les sujets jeunes, ce type de cervicalgie provoque une douleur à l’arrière du cou qui peut irradier vers le milieu du dos et les épaules, mais le cou reste mobile ;
    • Une mauvaise position. Aussi appelé « torticolis », ce type de cervicalgie survient souvent pendant le sommeil. C’est une contracture musculaire qui provoque des douleurs vives et rend impossible les mouvements de tête ;
    • L’arthrose. Cette cause, plus fréquente chez les sujets âgés, entraîne une diminution de la mobilité du cou.
  • La cervicalgie liée à un traumatisme
    • Ce type de cervicalgie survient le plus souvent à la suite d’un « coup du lapin », c’est-à-dire une flexion brutale et rapide du cou, immédiatement suivie par une extension avec un étirement. Elle survient surtout en voiture lors d’un choc par l’arrière ou lors d’un plongeon.
  • La cervicalgie symptomatique
    • Dans ce cas, la douleur est le signe d’une maladie touchant le cou ou une autre partie du corps : maladie inflammatoire, tumorale, infectieuse…

Comment réagir ?

  • N’arrêtez pas de bouger ! En effet, comme pour le mal de dos, penser que la douleur va disparaître en arrêtant de bouger est une erreur. Dans la limite du possible, et sauf contre-indication médicale, il est conseillé de continuer ses activités.
  • Détendez-vous ! Pratiquer la relaxation peut être bénéfique, surtout si le stress est identifié comme un facteur déclenchant.
  • Prenez des antalgiques non spécifiques (comme le paracétamol), des anti-inflammatoires non stéroïdiens (type ibuprofène) ou de l’aspirine dès le début de la douleur, sans attendre. Conformez-vous à la notice et demandez l’avis de votre pharmacien en cas de besoin.

Quand consulter ?

La cervicalgie aiguë disparaît normalement au bout de quelques jours. Consultez un médecin si la douleur persiste plus de 8 jours et si :

  • Vous ressentez une paralysie, une sensation de lourdeur ou des fourmillements ;
  • La douleur irradie jusqu’à la main, ne s’apaise pas la nuit ou à la prise d’antalgiques ;
  • Vous présentez un trouble de la marche ;
  • Vous avez de la fièvre ;
  • La douleur fait suite à un accident ;
  • La personne concernée a plus de 65 ans ou si c’est un enfant.

Nos conseils

Comment prévenir la cervicalgie aiguë ?

  • Si le mal est récidivant, tentez de développer et d’entretenir la musculature de votre cou par des exercices spécifiques conseillés par un kinésithérapeute ;
  • Évitez les mouvements brusques ;
  • Évitez les positions inconfortables ou tenues trop longtemps ;
  • Adoptez une bonne position devant votre ordinateur ;
  • Faites des pauses en cas de position figée ;
  • Vérifiez la qualité de votre literie et prenez soin de bien choisir votre oreiller. Il doit vous permettre d’aligner le cou et la tête comme en position debout. Cela facilitera la décontraction des muscles et favorisera une meilleure circulation sanguine.

En voiture : 

  • Portez la ceinture de sécurité pour éviter le « coup du lapin » ;
  • Prenez le temps de bien régler votre appui-tête.

Sources :

 

Comments

comments

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*