Faire du sport quand on est asthmatique

Mis à jour le 09/03/2018 par Bérangère Barataud

Près de 7 % des adultes et 9 % des enfants sont asthmatiques, soit plus de 4 millions de Français ! Côté activité physique, l’asthme n’empêche pas de faire du sport, cela est même recommandé. Quels sont les bénéfices d’une pratique sportive chez un asthmatique ? Les précautions à prendre et les sports les plus adaptés ? On vous guide...

asthme et sport

Asthme et sport : un duo gagnant

Les personnes asthmatiques peuvent pratiquer tous types de sport, même la compétition. Mark Spitz (natation), Miguel Indurain (cyclisme) ou Justine Henin (tennis), tous asthmatiques, en sont de parfaits exemples !
La pratique d’une activité physique est bénéfique et même essentielle chez les personnes asthmatiques car elle diminue la fréquence des crises, des hospitalisations, de l’absentéisme, et augmente la tolérance à l’effort et la qualité de vie des malades. De plus, l’activité physique permet d’apprendre à mieux gérer son asthme au quotidien.

Asthme et activité physique : les précautions à prendre

  • Tenez compte des conditions climatiques. Évitez de pratiquer une activité physique les jours de forte pollution. Soyez attentif à la température de l’air et au degré d’humidité : l’air froid et sec provoque des crises.
  • Si votre médecin vous a prescrit un médicament protecteur, inhalez-le 10 à 15 minutes avant l’effort.
  • Prenez le temps de vous échauffer avant l’exercice. L’échauffement doit être progressif.
  • Gardez toujours dans votre poche un bronchodilatateur à inhaler et utilisez-le immédiatement si vous sentez une gêne pour respirer.
  • Restez à l’écoute de votre corps et sachez adapter vos performances en fonction de votre état respiratoire.
  • Enfin, choisissez une activité qui vous plaît !

Pour rappel, l’asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires. Il se manifeste par une gêne respiratoire, caractérisée par une respiration sifflante.
Les causes de l’asthme sont à la fois génétiques et environnementales. Les crises peuvent être déclenchées par des facteurs externes : allergènes (acariens, moisissures, poils d’animaux, pollens…), des irritants respiratoires (pollution, fumée de tabac…), des infections respiratoires…
Elles peuvent aussi survenir à la suite d’un exercice physique, on parle alors d’asthme d’effort. Une toux accompagnée d’une respiration sifflante se déclenche environ une minute après l’arrêt d’un effort soutenu et peut se transformer en crise de 20 à 30 minutes. Mais ce type d’asthme ne doit pas pour autant être un frein à la pratique d’une activité car il peut être prévenu et traité.

Choisir la bonne activité quand on est asthmatique

Les activités conseillées

Mieux vaut privilégier les activités demandant des efforts progressifs :

  • Les activités athlétiques ne nécessitant pas ou peu de déplacement (le lancer, le saut…) ;
  • Le vélo ;
  • La natation : l’environnement humide et chaud de la piscine est plutôt favorable aux personnes asthmatiques, excepté en cas de sensibilité au chlore ;
  • La gymnastique, mais attention aux allergènes des gymnases et tapis ;
  • Le ski de descente, mais attention à l’air froid et sec qui favorisent les crises ;
  • Le tennis de table, le tennis, les jeux de raquettes ;
  • Le volley-ball.

Les activités déconseillées

Mieux vaut éviter les activités demandant des efforts prolongés, brusques ou violents, telles que :

  • L’équitation, en raison d’une exposition importante aux allergènes liés aux chevaux et à la paille ;
  • Les sports d’endurance (course à pied sur longue distance, cyclisme…) ;
  • Les activités sur de grands terrains nécessitant des efforts prolongés (football, basket-ball, rugby, hand-ball…) ;
  • Les activités qui se pratiquent dans un environnement froid et sec (hockey sur glace, patinage sur glace, ski de fond…).

Une activité interdite

La pratique de la plongée sous-marine avec bouteille est légalement interdite aux personnes asthmatiques. En cas de problème, il serait impossible de prendre son médicament sous l’eau. Les bouteilles d’oxygène contiennent également des substances allergisantes capables de provoquer une crise.

Nos conseils

Si vous ressentez une gêne respiratoire à l’effort ou si vous êtes asthmatique, parlez-en à votre médecin. Il saura vous conseiller des exercices adaptés et vous prescrira éventuellement un traitement.

Sources :

Claire Velghe

Par Claire Velghe

Rédactrice santé et nutrition
Ingénieur en alimentation et santé, pianiste aguerrie et surtout experte en desserts maison !

Tous les articles de Claire
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*