Reconnaître les signes de la dépression

Mis à jour le 11/01/2016 par Bérangère Barataud

La dépression est une pathologie fréquente qui peut toucher chacun d’entre nous. Chaque année, 5 à 15 % des Français seraient touchés par un épisode dépressif. Comment définir la dépression ? Quels en sont les signes et les facteurs de risque ? Peut-on la prévenir ? On vous guide...

depression_192057785_web

Dépression : une maladie aux causes diverses

Le terme dépression est utilisé pour parler de plusieurs états : de la simple humeur triste jusqu’aux troubles dépressifs graves. Au sens médical courant, la dépression est appelée « Épisode Dépressif Majeur » (EDM) et peut varier selon sa sévérité, son caractère saisonnier, ses symptômes et ses causes.

La dépression est due à un ensemble de facteurs :

Les facteurs biologiques. Les personnes dépressives présentent une perturbation du fonctionnement cérébral, mais elle est réversible. Elle est provoquée par un déficit de plusieurs hormones dites neurotransmetteurs : la dopamine, la noradrénaline et surtout la sérotonine. Les médicaments antidépresseurs et la psychothérapie agissent sur ce facteur.

Les facteurs psychologiques. Certains mécanismes de pensée ou de comportement sont impliqués dans la dépression. Présents dès l’enfance ou liés à un évènement actuel, ils favorisent les croyances négatives. On se croit « incapable » ou « indigne » de faire quelque chose.

Les facteurs environnementaux. C’est souvent un évènement particulier qui agit comme facteur « précipitant », c’est-à-dire déclencheur : la mort d’un proche, une situation de stress, la perte d’un emploi, un conflit familial, la maladie…

Les signes qui doivent vous alerter

Il nous arrive à tous d’avoir une baisse de moral de temps en temps, mais une déprime passagère ne doit pas être confondue avec une dépression. Pour répondre à cette définition, plusieurs symptômes doivent être observés pendant au moins deux semaines, tous les jours et presque toute la journée.

  • Vous éprouvez une tristesse inhabituelle et très douloureuse. Vous pleurez sans raison.
  • Vous ne vous intéressez plus à rien, même aux sujets qui vous passionnaient auparavant.
  • Vous éprouvez des difficultés à vous concentrer, votre vigilance est diminuée, vous avez des trous de mémoire, des difficultés à suivre ou à participer à une conversation.
  • Votre appétit est différent, vous avez pris ou perdu du poids (plus de 5 kg).
  • Votre sommeil est troublé : vous avez des insomnies, des difficultés à vous endormir, vous vous réveillez au milieu de la nuit, vous avez envie de dormir tout le temps.
  • Vous n’avez plus d’énergie, vous vous sentez très fatigué physiquement.
  • Vous vous sentez sans valeur, bon(ne) à rien.
  • Vous pensez à la mort, au suicide.

L’un ou plusieurs de ces signes doivent vous inciter à consulter rapidement votre médecin. Seul un professionnel de santé compétent sera capable de juger s’il s’agit d’une dépression et de définir le traitement le mieux adapté.

Les facteurs de risque

Il existe une vulnérabilité biologique à la dépression, liée à l’hérédité. En effet, les risques sont multipliés par trois chez les personnes ayant un père ou une mère ayant souffert de dépression, et plus particulièrement si l’épisode dépressif est survenu avant l’âge de 20 ans.
Certains groupes de la population sont plus touchés :

  • Les femmes ont deux fois plus de risque que les hommes de faire un épisode dépressif, 20 % d’entre elles sont concernées au cours de leur vie.
  • Les 18-25 ans, les femmes de 45-54 ans, les hommes de 35-44 ans et les plus de 80 ans sont également plus exposés au risque de dépression.
  • Les personnes vivant seules apparaissent comme étant plus à risque de dépression que les personnes vivant en couple.
  • Les troubles dépressifs surviennent plus souvent dans les populations en situation de précarité et de faible niveau de vie.

Les facteurs de protection

Vous pouvez agir au quotidien pour prévenir l’apparition ou la récidive de la dépression :

  • Pratiquez régulièrement une ou plusieurs activités physiques aérobies : marche rapide, course à pied, vélo, natation, rameur… Si vous n’avez pas fait d’exercice depuis longtemps, il vous est conseillé de consulter un médecin. Allez-y progressivement et essayez d’atteindre idéalement un rythme de 5 fois par semaine pendant 30 à 40 minutes, seul, en famille, en club ou avec des amis !
  • Veillez à votre équilibre alimentaire. Certaines carences (oméga 3, vitamines, sélénium, zinc, fer…) peuvent jouer un rôle dans la dépression. Privilégiez la consommation de fruits et légumes frais, de poisson, de fruits de mer, de céréales complètes et d’huiles végétales. Limitez votre consommation d’alcool et de médicaments.
  • Entretenez et développez votre réseau social : votre famille, vos amis, vos collègues. Investissez-vous dans des activités de groupes : clubs ou associations sportives, culturelles, artistiques… et ne négligez pas les micro-échanges : échanger un mot ou un sourire avec son voisin, un commerçant, le chauffeur du bus…

Un entourage réconfortant et valorisant est un atout important dans la lutte ou la prévention de la dépression, tout comme un engagement dans des activités personnelles intéressantes.

Sources :

Comments

comments

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
A lire aussi
Votre avis nous intéresse

  1. Le tutour

    Voilà, aprés un Burn Out , j’ai consulté, j’ai avalé les médicaments, et j’ai adopté un animal de compagnie, un CHAT, et j’ai été guéri!!!

    Répondre
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*