Phytothérapie : ces plantes qui font du bien

Mis à jour le 02/10/2010 par Sophie NIKLASZEWSKI

La phytothérapie est une médecine douce, toujours largement utilisée en Afrique et en Asie où 80% de la population dépend de la médecine traditionnelle pour les soins de santé primaires. En effet, certaines plantes contiennent des composés chimiques puissants dont dérivent directement plusieurs médicaments capables de prévenir ou de traiter des maladies. Découvrez comment cette médecine ancestrale peut vous aider à soigner vos petits maux quotidiens au naturel !

plantes_27155344_web

L’usage de la phytothérapie est en augmentation dans le monde entier et pas seulement dans les populations traditionnelles car elle offre un complément naturel aux traitements médicamenteux. Mais si les plantes médicinales sont rarement nocives pour la santé, elles contiennent des principes actifs réclamant des précautions dans les doses et la fréquence des prises. Il est donc recommandé d’en parler avec votre médecin et votre pharmacien pour vérifier que vous ne présentez pas de contre-indication : interaction médicamenteuse, grossesse, allaitement…

Si vous êtes fatigué :

  • L’éleuthérocoqueEleutherococcus senticocus (racine). Les racines de cet arbuste épineux de 2 à 3 mètres de haut, originaire de la Sibérie et du nord de la Chine, contiennent de l’éleuthéroside reconnu pour ses propriétés « adaptogènes ». En effet, il aide le corps en cas de fatigue ou de difficulté de concentration.
    En pratique : La dose journalière recommandée de racines séchées, en capsules ou comprimés, est de 0,5 à 4 g en 2 ou 3 doses. Faites une « pause thérapeutique » d’une à deux semaines toutes les 6 à 12 semaines.
  • Le ginseng Panax Ginseng (racine). Utilisé depuis au moins deux millénaires en Chine, cette fameuse racine a de nombreuses vertus dont la stimulation du système immunitaire. Mais surtout, il agit comme un tonique sur les organismes fatigués et redonne force physique et concentration intellectuelle.
    En pratique : En extrait normalisé (taux d’extraction à 4 à 7%), prenez 200 mg, une à trois fois par jour. En racine séchée, prenez de 500 mg à 3 g en 3 fois par jour. Prenez le ginseng de préférence le matin.

Ces plantes antistress ont également une action préventive des troubles et maladies liées au stress.

Si vous êtes sujet aux infections urinaires / cystites :

  • La cannebergeVaccinium macrocarpon. Les baies de cet arbuste nord américain sont reconnues pour leur action préventive de l’infection urinaire de la femme car elles contiennent des composants qui empêchent la déposition de bactéries sur les parois de la vessie et des voies urinaires.
    En pratique : Buvez 80 à 160 ml de jus pur par jour, ou 250 à 500 ml en cocktail. En comprimé, la dose recommandée est de 300 à 400 mg d’extrait solide par jour. Prenez votre dose de canneberge juste avant votre repas ou deux heures après et buvez beaucoup d’eau.

Si vous souffrez de troubles digestifs

  • L’artichautCynara scolymus. Ce sont les feuilles de la tige de cette plante herbacée, originaire du bassin méditerranéen, qui sont utilisées à des fins médicinales et non celles que l’on consomme ! Elles contiennent de la cynarine qui augmente la sécrétion de bile et facilitent la digestion.
    En pratique : Si vous optez pour de la cynarine en extrait normalisé à 5%, prévoyez 320 à 640 mg par jour en 2 doses. Si vous préférez les feuilles séchées, prenez-en 2 g, 3 fois par jours. Soyez patients, les effets du traitement ne se feront pleinement sentir qu’à partir de 6 semaines !

Si vous avez régulièrement mal au dos

  • L’harpagophytumL’harpagophytum procumbens. Cette plante originaire des régions désertiques du sud-est de l’Afrique est surnommé « racine du diable » ! Ce sont ses racines secondaires qui sont utilisées à des fins médicinales. Plusieurs études ont démontré leur efficacité à soulager les douleurs lombaires et arthritiques grâce à leurs composants anti-inflammatoires et antidouleur.
    En pratique : En comprimé, il est recommandé de consommer 3 à 6 g par jour. En extrait normalisé (taux d’extraction à 5:1), la dose journalière est de 600 à 1200 mg. Veillez à prendre votre « racine du diable » pendant les repas.

Si vous souhaitez prévenir les migraines

  • La grande camomilleTanacetum parthenium. Egalement appelé partelle, cet arbrisseau est originaire des Balkans. La sommité fleurie de cette plante contient du parthénolide capable de bloquer la production de sérotonine, responsable des douleurs cérébrales.
    En pratique : Une dose quotidienne de 125 à 250 g de feuilles séchées, entières ou en capsules, est recommandée, mais notez que les effets du traitement ne sont perceptibles qu’après 4 à 6 semaines de traitement. En cas de traitement en continu, arrêtez-le un mois par an pour vérifier qu’il est toujours nécessaire.

Si vous êtes continuellement enrhumé en hiver

  • L’échinacéeechinacea. Ce sont les racines de cette plantes originaire d’Amérique du nord qui sont utilisées à des fins médicinales. Leurs composants stimulent les défenses immunitaires afin de prévenir le rhume ou d’en diminuer légèrement la durée et la gravité des symptômes.
    En pratique : En prévention, prenez 1 g d’échinacée par jour. En traitement, la même dose d’un gramme doit être prise trois fois par jour. Afin de ne pas surstimuler le système immunitaire, il est recommandé d’interrompre le traitement 2 jours par semaine ou une semaine sur 4.

Sources :

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*