Mieux comprendre le diabète

Mis à jour le 03/06/2016 par Bérangère Barataud

Le diabète est un trouble d’assimilation, d’utilisation et de stockage des sucres apportés par notre alimentation. Il en existe deux formes qui se développent de manières différentes, mais dont les conséquences sont toutes deux graves pour la santé. Comment apparaissent les diabètes de type 1 et de type 2 ? Quelles sont les conséquences d’un diabète mal soigné ? Quels sont les aliments à favoriser et à éviter lorsque l’on est diabétique ? Toutes nos explications…

diabete_comprendre_96317729_web

Le diabète de type 1

En France, le diabète de type 1 (ou diabète insulinodépendant) représente 10 % des diabètes et concerne environ 150 000 personnes, soit 0,25 % de la population. Il s’agit d’une maladie auto-immune résultant d’une atteinte des cellules du pancréas (appelées îlots de Langerhans) qui deviennent incapables de produire de l’insuline. Le plus souvent, ce type de diabète se développe pendant l’enfance ou l’adolescence, et survient sur un terrain génétique prédisposant.

L’insuline est une hormone hypoglycémiante, c’est-à-dire une molécule capable de faire baisser la glycémie (taux de sucre dans le sang) vers une valeur normale (<1,25 g/L) après un repas. Sans insuline, le corps ne peut pas vivre longtemps. C’est pourquoi les diabétiques de type 1 doivent en recevoir chaque jour (par une ou plusieurs piqûres intradermiques ou par une pompe à insuline).

Le diabète de type 2

Le diabète de type 2 (ou diabète non insulinodépendant) est souvent comparé à une épidémie car le nombre de cas augmente de façon significative chaque année. En France, il représente 85 à 90 % des cas de diabète existants, concerne environ 3 % de la population et progresse chaque année de 3 %. A cela, il faut ajouter le nombre de diabétiques de type 2 qui s’ignorent, environ 800 000 personnes.

Le diabète de type 2 est dit non insulinodépendant (DNID) mais il provient, comme le diabète de type 1, d’une hyperglycémie. Cette hyperglycémie répond à deux phénomènes successifs :

  • Les cellules des tissus (muscles, graisse, foie) deviennent résistantes à l’insuline ;
  • Le pancréas s’épuisant, il devient incapable de fournir de l’insuline en quantité suffisante face à la demande accrue.

Ce diabète est le plus souvent révélé vers l’âge de 40/50 ans après une dizaine d’années de développement silencieux. Il est lié à une mauvaise hygiène de vie, en particulier un manque d’activité physique et une alimentation déséquilibrée (alimentation trop riche en matières grasses et en sucres rapides). Il passe par une première phase, qualifiée de « pré-diabète » pendant laquelle il est encore possible d’agir en retrouvant un mode de vie sain. Lorsque cette phase est malheureusement dépassée, seules des mesures hygiéno-diététiques strictes et une surveillance médicale accrue sont préconisées. Pour les cas les plus graves, le diabète de type de 2 peut être traité par de l’insuline.

Les conséquences d’un diabète mal soigné

Quel que soit le type de diabète, un diabète mal soigné a de graves conséquences pour la santé :

  • Augmentation de la sensibilité aux infections (infections cutanées, buccales et gynécologiques) ;
  • Atteinte de nombreux organes : yeux (perte de la vision), reins (insuffisance rénale), système nerveux, système cardiovasculaire (cœur et vaisseaux) ;
  • Risque d’amputation, en particulier des membres inférieurs, à la suite d’une gangrène (plus fréquente chez les diabétiques) ;
  • Malaises ou comas liés à une hyperglycémie ou à une hypoglycémie ;
  • Perte des capacités cognitives.

Les aliments à favoriser et à limiter

Une personne diabétique peut manger de tout, tout en surveillant certains aliments du coin de l’œil.

Les aliments conseillés sont :

  • Produits laitiers : lait demi-écrémé ou écrémé, lait fermenté, yaourt nature ou aux fruits à 0 % de matières grasses, et fromage blanc à moins de 20 % de matières grasses ;
  • Féculents : pain, pâtes, riz, pommes de terre, semoule, pois chiches, haricots blancs, lentilles, boulgour, maïs et autres légumes secs ;
  • Viandes : pièce de bœuf à 5 % de matières grasses (steak haché, rosbif, bifteck…), agneau, filet mignon de porc, volaille sans peau, gibiers, et abats ;
  • Poissons : tous les poissons même gras, coquillages et crustacés ;
  • Charcuterie : jambon blanc, jambon de volaille, bacon ;
  • Légumes : tous sous une forme fraîche, crus ou cuits à la vapeur, à l’eau ou en papillote ;
  • Fruits : tous les fruits frais ;
  • Boissons : eau plate ou gazeuse, eaux aromatisées édulcorées, café sans sucre, thé sans sucre et tisane sans sucre, soupe et bouillons de légumes, jus de fruits sans sucres ajoutés et boissons light ;
  • Sucre et produits sucrés : édulcorants, cacao dégraissé et sans sucre ;
  • Matières grasses : huile, beurre, margarine, crème fraîche allégée… en petites quantités !

Les aliments à limiter :

  • Produits laitiers : lait concentré ou lait concentré sucré, crèmes dessert, fromage à plus de 45 % de matières grasses ;
  • Féculents : gratins de légumes et de féculents (gratin dauphinois, gratin de pâtes…), pâtes en sauce (bolognaise, carbonara…), pâtes à tartes (feuilletée, sablée ou brisée) ;
  • Viandes : toutes les viandes grasses (mouton, agneau, côtes de bœuf, côtes de porc), viandes en sauce, plats cuisinés préparés, viandes panées (poulet, cordon bleu, escalope) ;
  • Poissons : poissons panés et beignets de poissons, conserves de poisson à l’huile ;
  • Charcuterie : pâté, jambon cru, andouille, andouillette, boudin blanc, boudin noir, galantines, rillettes ;
  • Légumes : légumes frits ou en béchamel, beignets de légumes ;
  • Fruits : fruits secs (datte, figue, abricot…), fruits au sirop, fruits oléagineux (noix, noisette…), olives vertes ou noires ;
  • Boissons : jus de fruits sucrés, sodas, sirops, limonade, boissons alcoolisées ;
  • Sucre et produits sucrés : glaces, sorbets, bonbons, miel, confiture, gâteaux secs ;
  • Matières grasses : mayonnaise, lard, saindoux, graisses animales (canard, oie), sauces.

Pour plus d’information consultez notre article « Cuisiner pour une personne diabétique »

Claire Velghe

Par Claire Velghe

Rédactrice santé et nutrition
Ingénieur en alimentation et santé, pianiste aguerrie et surtout experte en desserts maison !

Tous les articles de Claire
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*