Mettez l’entorse hors-jeu !

Mis à jour le 27/02/2015 par Géraldine Colleu

Du genou, de la cheville, du poignet, du doigt… L’entorse est une blessure fréquente chez les sportifs de tout ordre. Quel est le mécanisme précis d’une entorse ? Quels sont les causes et les symptômes de cette blessure ? Comment prévenir et réagir face à une entorse ? Des réponses qui s’articulent en souplesse !

Entorse

Qu’est-ce qu’une entorse ?

Une entorse est l’élongation des ligaments d’une articulation pouvant aller jusqu’à la déchirure et la rupture, à la suite d’un traumatisme. Elle peut concerner le genou, la cheville, le poignet, les doigts….
Ce même terme regroupe plusieurs niveaux de gravité :

  • Entorse bénigne : les ligaments sont étirés,
  • Entorse moyenne ou grave : selon le degré de déchirement ou la rupture du ligament,
  • Entorse grave : l’articulation n’est plus maintenue par les ligaments et perd son axe. Appelée « rupture du ligament croisé antérieur ou postérieur » dans le cas du genou, ce type d’entorse peut entraîner de graves conséquences : intervention chirurgicale et longue rééducation, instabilité de l’articulation, gêne dans la pratique sportive, arthrose précoce.

Les causes

L’entorse survient lors d’un accident ou à la suite d’un effort physique répété, de type pivotement, torsion excessive, saut, accélération, changement de direction.
Certains sports sont plus sujets aux entorses :

  • Entorse du genou pour les sports de pivot comme le football, le ski, le rugby, les sports de combat… Elle représente même près de la moitié des lésions pour le tennis, le jogging, les sports de ballon, le ski… L’entorse du genou est également fréquente aux sports d’hiver. Elle représente 16000 cas par an, soit 1/3 des accidents de sports de montagne.
  • Entorse de doigt et de cheville pour le basket-ball, le volley-ball.
  • Entorse du poignet : roller, skateboard, snowboard…

Bon à savoir

Les entorses du genou touchent plus souvent les femmes ! En effet, une certaine morphologie (en X) du genou plus fréquente chez les femmes, une hyperlaxité ligamentaire, et une protection musculaire du genou plus faible que chez l’homme, explique cette prévalence.

Les signes d’une entorse

Une entorse entraîne gonflement, raideur et douleur (vous ressentez comme une déchirure). Sur un membre inférieur, cette douleur fait généralement boiter ou rend la marche impossible.
Un bruit de craquement au moment du traumatisme est le premier signe d’une entorse sérieuse. De même, si vous avez la sensation que votre articulation est instable ou vous semble déboitée.
Mais attention, la douleur n’est pas toujours proportionnelle à la gravité de l’entorse. Une entorse bénigne peut être très douloureuse et inversement.

Comment réagir ?

Au moment du traumatisme :

  • Arrêtez votre activité en cours et mettez votre articulation au repos,
  • Refroidissez l’articulation avec de la glace placée dans une serviette par exemple. Ne posez jamais la glace directement sur la peau pour ne pas provoquer une sensation de « brûlure »,
  • Bander l’articulation mais sans trop serrer,
  • Si l’entorse concerne le genou ou la cheville et que votre jambe gonfle, surélevez-la,
  • Prenez des antalgiques pour calmer la douleur en respectant les doses recommandées.

Si la gêne persiste au-delà de deux jours ou si l’entorse semble grave dès le début, consultez rapidement un médecin. Selon le type et la gravité de l’entorse, votre âge, vos activités, le médecin pourra prescrire un traitement médicamenteux, une rééducation ou une intervention chirurgicale.

Nos conseils

Comment prévenir une entorse ?

  • Tout d’abord, adaptez votre pratique sportive à vos capacités. Ne vous surestimez pas et pensez à faire des pauses régulières,
  • Portez des protections sur les zones sensibles : protège-poignets et genouillères par exemple si vous pratiquez le roller, le skate-board, le snowboard…,
  • Echauffez-vous avant de commencer une activité sportive.

Le cas du ski :

  • Aux sports d’hiver, une entorse sur deux est due à des fixations de ski mal réglées. Faites-les régler par un professionnel,
  • Si vous ne faites pas du sport régulièrement pendant l’année, préparez-vous physiquement deux mois avant de partir faire du ski : marche, jogging, natation, gymnastique… Retrouvez quelques exemples d’exercices en cliquant ici!
Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*