L’oignon : un vrai casse-pieds ! (Hallux valgus)

Mis à jour le 08/03/2017 par Alexie Colson

L'oignon, aussi appelé hallux valgus, est une déformation de l’avant-pied pouvant aller de la simple déviation indolore de l’orteil à la paralysie totale de l’articulation imposant la chirurgie. Comment se forme un oignon ? Quels en sont les symptômes ? Comment agir pour les limiter ou les soulager ? Des conseils… aux petits oignons !

oignon

Qu’est-ce qu’un oignon ?

oignon-schema

Un oignon, aussi appelé hallux valgus, est un agrandissement de l’os ou des tissus qui entourent la première articulation métatarsophalangienne médiale, c’est-à-dire la première articulation du gros orteil. Cela déplace le gros orteil vers le deuxième orteil et entraîne une déformation de l’avant-pied, formant une saillie sur le côté interne du pied et provoquant le recroquevillement des autres orteils (cf schéma).
L’hallux valgus peut également apparaître sur l’articulation du petit orteil et provoquer, de même, une saillie vers l’extérieur du pied.

Un oignon est une affection fréquente, qui apparaît le plus souvent chez les femmes vers 40 ans. Il évolue par poussées imprévisibles et peut adopter plusieurs tailles et gravités :

Hallux valgus léger : l’angle de déviation est inférieur à 20° et la phalange est correctement emboîtée.

Hallux valgus modéré : l’angle de déviation est compris entre 20° et 40°. Le gros orteil pivote vers l’intérieur du pied et entre en conflit avec le deuxième orteil. L’articulation ne s’emboîte pas correctement.

Hallux valgus sévère : l’angle de déviation est supérieur à 40°. Le gros orteil passe au-dessus ou au-dessous du deuxième orteil. L’articulation ne fonctionne plus du tout.

Quels sont les symptômes d’un oignon ?

L’oignon est visible par la saillie que forme l’os sur le côté interne du pied, ou vers l’extérieur s’il s’agit du petit orteil. Cette déformation peut occasionner des difficultés pour trouver chaussure à son pied !
Le plus souvent, l’oignon est totalement indolore, mais il peut être douloureux à la marche. En effet, cette zone supporte habituellement le poids du corps, mais lorsque l’articulation ne remplit plus son rôle, le poids du corps doit alors se répartir sur les autres orteils.
Lorsque l’oignon frotte dans la chaussure, un cal (épaississement dur de la peau) peut se former et l’oignon devient rouge, chaud et douloureux. Généralement, il devient difficile de se chausser !

Quels sont les facteurs favorisant l’oignon ?

  • Le sexe. Les personnes les plus concernées par l’hallux valgus sont des femmes, même si les hommes peuvent en être atteints (1 homme pour 30 à 40 femmes) ;
  • L’âge. Dans 90 % des cas, l’hallux valgus apparaît vers l’âge de 40-50 ans ;
  • L’hérédité. Si l’un de vos parents à un hallus valgus ;
  • Le pied égyptien. Un avant-pied large et un gros orteil long sont propices à l’hallux valgus ;
  • Une contrainte répétée sur l’articulation, de type chaussures à talon avec un bout étroit, peut jouer un rôle dans l’apparition d’un oignon ;
  • La ménopause, qui entraîne un relâchement des structures fibreuses ;
  • Les maladies neuromusculaires, les rhumatismes ou une anomalie du collagène.

Que faire face à un oignon ?

  • Optez pour des chaussures larges au niveau de l’avant-pied, à bouts ronds et souples ;
  • Alternez petits talons et chaussures plates ;
  • Massez régulièrement la zone de l’oignon et faites des étirements en demandant conseil à votre médecin ou à un kinésithérapeute ;
  • Utilisez un pansement spécifique avec un évidement central pour éviter les frottements dans la chaussure ;
  • Si l’oignon frotte trop intensément contre la chaussure, un cal peut se développer et devenir inflammatoire (rouge, chaud et douloureux) formant alors une bursite. Dans ce cas, il est important de consulter rapidement un médecin ;
  • Enfin, des soins de pédicure peuvent également vous soulager.

Existe-t-il des traitements contre l’oignon ?

Le plus souvent, le traitement consiste à simplement agir pour soulager les symptômes en appliquant de la glace sur l’articulation ou en choisissant des chaussures souples ou adaptées, des orthèses (appareils de correction) ou des semelles orthopédiques.
Pour les cas les plus sévères, si la douleur est prononcée et que l’articulation ne fonctionne plus, une intervention chirurgicale peut être réalisée, mais elle est déconseillée à but préventif.

Voir aussi :

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*