Limitez vos risques de TMS au travail

Mis à jour le 04/12/2014 par Géraldine Colleu

Représentant 85 % des maladies professionnelles*, les troubles musculosquelettiques (TMS) sont les pathologies professionnelles les plus répandues dans les pays industrialisés. Ils atteignent les muscles, les tendons, le squelette, les cartilages, les ligaments et les nerfs, et touchent le plus souvent les membres supérieurs, le dos ou les genoux. Les TMS vont de la simple douleur passagère à la lésion irréversible et parfois jusqu’à l’incapacité. Quelles sont les causes des TMS ? Comment les prévenir ? Découvrez les bons gestes à adopter, selon vos facteurs de risque, pour que ces troubles ne fassent pas de vieux os !

limiter_risque_tms_153410537_web

Une maladie, de multiples facteurs de risque

Les causes des TMS sont multiples. Ils peuvent être induits par des éléments personnels comme l’hérédité ou nos activités extra-professionnelles : sport, activité musicale, ménage, couture… Mais le plus souvent, ils sont liés au travail. En effet, des études sur les TMS dans les pays industrialisés ont établi qu’ils sont massivement déterminés par l’activité professionnelle.

Les facteurs de risque fondamentaux sont :

  • Les efforts excessifs, par exemple le soulèvement ou le déplacement d’objets lourds.
  • Le travail en position statique maintenue, comme être assis à un bureau toute la journée.
  • Les postures défavorables, les zones articulaires extrêmes. Par exemple : ramasser des légumes au niveau du sol ou peindre avec les bras au-dessus de la tête.
  • Les gestes répétitifs qui imposent que les mêmes régions et les mêmes fibres musculaires soient sollicitées pendant une durée prolongée : assemblage de petites pièces, dactylographie, travail des caissières de supermarché… C’est le facteur de risque le plus fréquent dans le secteur industriel.
  • Les ambiances physiques défavorables : subir les vibrations d’un outil perforant, une température particulièrement froide, un éclairage insuffisant….

Les facteurs psychosociaux et le stress sont des facteurs aggravants : mauvaises relations de travail, stress dû à la charge de travail, la pression temporelle, les exigences attentionnelles, l’avenir professionnel…

Bon à savoir

Les femmes sont plus souvent touchées par les TMS que les hommes. A cela plusieurs raisons : elles occupent plus souvent des postes à risque qui demandent une répétition des gestes des membres supérieurs. Les outils utilisés ne sont pas toujours bien conçus pour des femmes mais plus pour des hommes. Et enfin, les tâches ménagères, qui incombent encore largement aux femmes sont également une cause de TMS.

Des recommandations précises

Le seul symptôme des TMS est souvent la douleur mais ils entraînent également fatigue musculaire, raideur, maladresse et perte de force. C’est la raison pour laquelle il est important de réagir dès les premières douleurs et d’en parler à un médecin. Plus le pronostic est posé rapidement, plus la maladie est prise en charge précocement, meilleures sont les chances de guérison.
La prévention des TMS consiste à adopter des postures favorables, diminuer le poids des charges, limiter la durée d’exposition et réduire la fréquence.

Voici quelques conseils pour mettre ces mesures en pratique :

  • Equilibrez temps de travail et de récupération.
  • Effectuez des récupérations courtes (moins de 2 minutes) et répétées dans le temps. Elles sont très profitables mais ne doivent pas remplacer la pause ! Profitez-en pour vous étirer et relâcher vos muscles.
  • Changez de tâche toutes les 2 heures, mais veillez à ce que les tâches sollicitent des muscles différents sinon le bénéfice est nul voire négatif !
  • Utilisez un matériel adapté. Par exemple, le port de gants inadaptés ou trop grands réduit la dextérité et la sensibilité et favorise ainsi l’apparition de TMS.
  • Essayez de travailler le plus possible en maintenant le tronc en position verticale et les bras le long du corps.
  • Aménagez correctement votre poste de travail : pas de plan de travail trop bas, placez votre souris près du clavier dans le prolongement de l’épaule, veillez à éclairer suffisamment votre poste, évitez de placer les objets à saisir trop hauts ou trop bas…
  • Enfin, pratiquez une activité physique ou sportive régulièrement : elle permet d’accroître ou de maintenir les capacités fonctionnelles du système musculosquelettique, aide à combattre le stress et améliore l’équilibre de vie.

Nos conseils

Conseils selon vos facteurs de risque :
Si vous portez des charges lourdes :

  • Portez les charges près du corps.
  • Soulevez les charges à deux mains.
  • Pliez les genoux pour soulever une charge posée au sol au lieu de vous pencher en avant.
  • N’hésitez pas à utiliser une machine ou à transporter les charges lourdes à deux.

Si vous faites un travail de force :

  • Poussez et tirez de manière à ce que la force s’exerce près du corps et non pas à bout de bras.
  • Utilisez les deux mains pour pousser ou tirer.
  • Essayez de garder le tronc droit lorsque vous poussez ou tirez un objet.

Si vous effectuez des tâches répétitives :

  • Evitez de solliciter sur de longues durées les mêmes groupes musculaires, essayez pour cela de modifier votre geste.
  • Changez fréquemment de position.
  • Profitez des pauses.

Si vous devez tenir une position pendant une durée prolongée :

  • Ne restez pas dans une position statique, bougez si vous le pouvez.
  • Essayez de maintenir votre corps en position verticale.
  • Si vous travaillez assis, mettez-vous debout de temps en temps. Pour téléphoner par exemple.

* en 2009, chiffre INRS.

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*