Les hémorroïdes en questions

Mis à jour le 16/09/2016 par Bérangère Barataud

Près de 40 % des Français ont déjà souffert d’hémorroïdes. Cette affection fréquente peut toucher chacun d'entre nous, à tout moment de la vie. Même si une crise passe généralement rapidement, elle peut être particulièrement gênante au quotidien. Que sont réellement les hémorroïdes ? Quels sont les symptômes et les facteurs de risque ? Quand faut-il consulter un médecin et comment prévenir ces troubles ? Toutes les réponses à vos questions…

hemorroides_73113835_web

Que sont réellement les hémorroïdes ?

shéma hémorroïdes
Coupe de l’anus

Les hémorroïdes ne sont pas une maladie, c’est un réseau de vaisseaux à l’intérieur et à l’extérieur du rectum, sur les bords extérieurs de l’anus. Le langage courant emploie le terme hémorroïdes pour désigner les troubles de ces vaisseaux, mais leur présence est normale. Ils participent à la continence de l’anus, c’est-à-dire l’émission volontaire de matières fécales. Les hémorroïdes deviennent problématiques lorsque ces vaisseaux se dilatent et forment des varices à l’intérieur de l’anus. Ils occasionnent alors une gêne au quotidien.

La maladie hémorroïdaire est très fréquente, près de 40 % des Français en ont déjà souffert. Elle survient aussi bien chez les femmes que chez les hommes, le plus souvent entre 45 et 65 ans. Habituellement, les problèmes d’hémorroïdes sont bénins, ils n’entraînent pas de complication grave pour la santé et peuvent guérir seuls en une à deux semaines.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes des hémorroïdes ne sont pas spécifiques à ce trouble. Il est donc important de les signaler à votre médecin afin d’en déterminer les causes précises.

  • Douleurs. Des sensations de chaleur et de pesanteur peuvent être ressenties au niveau de l’anus, parfois provoquées par la défécation ou un exercice physique. La présence d’un caillot et son déchirement peut également provoquer une douleur importante.
  • Saignement rectal. La défécation ou la rupture d’un caillot peuvent provoquer le saignement des hémorroïdes. Du sang, en quantité plus ou moins importante, est alors observable dans ou après les selles.
  • Prolapsus. Lors d’un prolapsus, les hémorroïdes internes sortent de l’anus vers l’extérieur, entraînant un gonflement qui peut être passager ou permanent si les hémorroïdes évoluent depuis longtemps. Le prolapsus provoque douleurs, suintements et brûlures anales.
  • Démangeaisons anales.
  • Troubles de la défécation (faux besoins).

Quels sont les facteurs de risque ?

Tout le monde peut être concerné par les hémorroïdes, mais certains facteurs peuvent les favoriser ou les augmenter :

  • La constipation. Les efforts importants qui sont entrepris dans ce cas pour expulser les selles favorisent les troubles des hémorroïdes ;
  • La diarrhée ;
  • La consommation en excès d’alcool ou de plats épicés peut provoquer une crise hémorroïdaire pendant 2 à 4 jours ;
  • Le 3ème trimestre de grossesse et post-partum immédiat ;
  • Le vieillissement ;
  • Les sports ou activités impliquant le port de charges lourdes.

Quels sont les signes qui doivent alerter ?

Certains signes doivent vous amener à consulter un médecin :

  • Si vous observez une présence importante et continue de sang dans vos selles ou en cas de saignement anal après être allé aux toilettes ;
  • Si vous ressentez une vive douleur anale associée à une fièvre supérieure à 38°C ;
  • Si vous n’êtes pas allé à la selle depuis plus de 48h et ressentez des douleurs ;
  • Si vos selles sont de couleur noire ;
  • Si la douleur est difficile à supporter.

Quels sont les traitements ?

Il existe des traitements pour réduire ou faire disparaître les symptômes, mais qui ne doivent en aucun cas être utilisés à titre préventif :

  • Les laxatifs contre la constipation ;
  • Les veinotoniques en cure courte contre les douleurs, saignements et prolapsus ;
  • Les antalgiques contre la douleur ;
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens qui traitent la douleur de la thrombose hémorroïdaire (caillot) ;
  • Les traitements endoscopiques ou chirurgicaux : ils sont proposés par le médecin si le traitement médicamenteux échoue ou si les troubles persistent.

Peut-on prévenir les hémorroïdes ?

Nos conseils

La prévention des hémorroïdes consiste à suivre quelques règles hygiéno-diététiques.

  • Augmentez votre consommation de fibres afin de favoriser le transit intestinal et d’éviter la constipation ;
  • Essayez d’aller toujours aux toilettes aux mêmes moments de la journée ;
  • Ne restez pas assis sur les toilettes de manière prolongée ;
  • Évitez les aliments trop gras ou trop sucrés ;
  • Tentez de boire 1 à 1,5 litre d’eau par jour ;
  • Pratiquez une activité physique régulière n’impliquant pas le port de charges lourdes ;
  • Enfin, afin de prévenir les symptômes, il est important d’avoir une bonne hygiène : bien nettoyer la zone anale après des selles avec du papier toilette humide sans utiliser de savon, bien sécher la peau après la toilette et porter des sous-vêtements en coton qui ne serrent pas.
Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse

  1. Mawijo

    Bjr, Petite, j’ai souffert énormément des hémorroïdes. Après plusieurs analyses, les médecins ont trouvé que c’est la cause d’un colon trop long et dont le passage des aliments mettent plus de temps à évacuer.
    Je prenais des médicaments qui me rendais malade, puis finalement je me suis mise au sport en ayant une alimentation avec un peu plus de légumesververts, en mangeant de tout. Maintenant tout va bien.

    Répondre
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*