Vrai / Faux

Le vrai du faux du cannabis

Mis à jour le 02/07/2015 par Bérangère Barataud

Près de 850 000 Français sont des consommateurs réguliers de cannabis et malgré sa classification en produit stupéfiant, la nocivité de cette substance illicite reste sous-estimée. Le cannabis rend-il dépendant ? Peut-on faire un « bad trip » en fumant du cannabis ? Le cannabis peut-il provoquer des troubles mentaux ? Débusquez le vrai du faux !

cannabis_web_53088400

Le cannabis ne provoque pas de dépendance.
FAUX
La consommation régulière peut installer progressivement une dépendance chez certaines personnes. Cette dépendance est essentiellement psychologique. Quand vous consommez régulièrement du cannabis, votre système nerveux central (le cerveau) se met à fonctionner différemment et vous vous habituez à l’effet qu’il produit sur vous. L’arrêt peut donc provoquer un manque.
Afin d’évaluer sa consommation, il est possible de répondre à un questionnaire ou de s’adresser à une personne compétente (reportez-vous au paragraphe « Plus d’infos » au bas de l’article).

La consommation de cannabis diminue les capacités.
VRAI
Il est démontré que le cannabis rend la mémoire immédiate moins performante, diminue les capacités de concentration, de vigilance et d’attention chez les usagers. Il n’est pas prouvé que les effets soient permanents mais une consommation régulière peut entraîner des problèmes d’apprentissage et donc de sérieuses difficultés scolaires.
De plus, le cannabis réduit les réflexes, allonge le temps de réaction, modifie la perception visuelle, et détériore la coordination des mouvements et le contrôle de trajectoire. L’effet du cannabis peut se prolonger de 2 à 10 heures selon les personnes. Il est donc toujours dangereux de circuler après avoir consommé du cannabis.

Il est impossible de faire un « bad trip » avec du cannabis.
FAUX
Fumer du cannabis ou de l’herbe fortement concentrée en THC, fumer en cas de fatigue ou de stress, ou encore en association avec de l’alcool, peut provoquer un « bad trip ». Cette intoxication aiguë entraîne certaines réactions physiologiques et/ou psychologiques : angoisse très forte, malaise, tremblements, difficultés à respirer, palpitations, vomissements, bouffées de chaleur, voire perte de connaissance.
Comment réagir si cela vous arrive ? Ne paniquez pas, ouvrez la fenêtre, allongez-vous et respirez profondément en attendant le retour au calme. Si une personne perd connaissance après avoir consommé du cannabis, allongez-la sur le côté et contactez rapidement les secours : le 15 ou le 18.

Fumer du cannabis peut favoriser le cancer du poumon et de la gorge.
VRAI
Selon des études récentes, les consommateurs de cannabis sont exposés plus tôt au risque de cancer du poumon que les fumeurs de cigarettes. En effet, la fumée du cannabis contient plus de substances cancérigènes que celle du tabac. La consommation de cannabis est nocive pour le système respiratoire et peut aussi favoriser le cancer de la gorge. Sachez que fumer est toxique quel que soit le mode de consommation : cigarettes (joints) ou pipes à eau (bangs).

Le cannabis peut provoquer des troubles de la santé mentale.
VRAI
La consommation de cannabis peut provoquer un certain nombre de troubles mentaux comme l’anxiété, la panique et peut favoriser la dépression. Elle peut aussi provoquer l’apparition d’une psychose cannabique. Ce désordre mental se manifeste par des hallucinations et des idées délirantes, nécessitant une hospitalisation de quelques semaines en milieu psychiatrique.
Le cannabis est également susceptible de révéler et aggraver les manifestations d’une maladie grave : la schizophrénie.

Le cannabis est le produit illicite le plus consommé en France.
VRAI
En 2010, 33 % des 18-64 ans en ont déjà fumé au cours de leur vie. Cette expérimentation touche particulièrement les jeunes hommes : 9 % des garçons de 18-25 ans sont des usagers réguliers.
De plus, si globalement la consommation de cannabis tend à se stabiliser, la France figure parmi les pays d’Europe les plus consommateurs, aux côtés de la République tchèque, du Royaume-Uni, de l’Italie et du Danemark.

Bon à savoir

Le cannabis est un produit classé stupéfiant et son usage est interdit. Quelle que soit la quantité, en acheter, en consommer, en détenir, en donner, en revendre, en cultiver (chez soi ou à l’extérieur), en transporter (sur soi, dans sa voiture…) ou conduire après en avoir consommé, sont des infractions à la loi. Ces infractions sont des délits qui exposent à une interpellation par un service de police, de gendarmerie ou de douanes, ainsi qu’à des sanctions parfois lourdes devant les tribunaux. Parfois, le juge peut ordonner une orientation vers une structure sanitaire, éducative ou d’insertion sociale.
Le cannabis fait partie des produits dopants interdits au sportif : il peut être recherché dans les urines (traces possibles plusieurs semaines après consommation) au cours des contrôles anti-dopage et donner lieu à des suspensions par la fédération.

Plus d’infos :

  • Ecoute Cannabis : 0 980 980 940 (tous les jours de 8h à 2h, coût d’un appel local depuis un poste fixe)
  • Fil santé jeunes : 0 800 235 236 (tous les jours de 9h à 23h, anonyme et gratuit), www.filsantejeunes.com
  • Drogues Info Service : 0 800 23 13 13 (tous les jours de 8h à 2h, appel gratuit depuis un poste fixe) ou 01 70 23 13 13 (depuis un portable),  www.drogues-info-service.fr
  • « Guide d’aide à l’arrêt du cannabis », MILDECA, INPES.

Sources :

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse

  1. akkaya

    « Décryptez le vrai du faux »… cet article ne démontre que les « vrai » et non les « faux », c’est facile d’introduire la négation dans une phrase pour ensuite pouvoir l’affirmer fausse. Il aurait été plus correct de présenter les 1er et 3eme paragraphes tels que « Le cannabis provoque de la dépendance. -> VRAI » et « Il est possible de faire un « bad trip » avec du cannabis. -> VRAI ».
    Encore une chose, dans le 5eme paragraphe vous dites deux fois la même chose mais d’une manière différente. La psychose cannabique n’est rien de plus qu’un terme technique pour décrire l’apparition de schizophrénie induite par le cannabis.

    Cet article est malhonnête de par son intitulé, sa présentation et d’une partie de son contenu, et de ce fait perd beaucoup en crédibilité. C’est dommage sachant que tout ce que vous dites dedans est vrai.
    Je suis déçu et je vous portais une meilleure estime jusqu’à présent.

    Répondre
    • Bérangère Barataud

      Bérangère Barataud

      Bonjour Monsieur,
      Nous vous remercions pour votre message et en prenons bonne note. Nous sommes néanmoins très surpris car, jusqu’à présent, nous avons de très bons retours sur ce contenu et de nombreux préventeurs nous le commandent dans le cadre de notre service d’impression à la demande.
      Au plaisir de vous lire.
      A très bientôt sur notre site !

      Répondre
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*