Huiles essentielles : des vertus mais aussi des risques

Mis à jour le 13/01/2016 par Bérangère Barataud

On sait depuis le XIXe siècle que les huiles essentielles sont capables de neutraliser les bactéries. Aujourd’hui, il existe une quarantaine d’huiles essentielles courantes, recouvrant plus de 80 propriétés. Comment sont-elles obtenues ? Quelles sont leurs vertus et comment les utiliser ? Des conseils pour se mettre au parfum et ainsi limiter les risques possibles…

Huiles essentielles

La fabrication des huiles essentielles

Malgré leur nom, les huiles essentielles ne contiennent pas de corps gras ! Elles sont obtenues à partir de tous les types d’organes végétaux frais, flétris ou secs (fleurs, feuilles, écorces, bois, racines, rhizomes, fruits secs ou graines) par entraînement à la vapeur d’eau, soit par distillation sèche, soit par un procédé mécanique approprié sans chauffage. Le choix de la technique dépend principalement de la matière première : son état originel et ses caractéristiques, sa nature proprement dite.

  • L’entraînement à la vapeur d’eau : la matière première est mise en présence d’eau portée à ébullition ou de vapeur d’eau dans un alambic. La vapeur d’eau entraîne la vapeur d’huile essentielle qui est condensée dans le réfrigérant pour être récupérée en phase liquide dans un vase florentin (ou essencier) où l’huile essentielle est séparée de l’eau par décantation.
  • La distillation sèche : l’huile essentielle est obtenue par distillation des bois, écorces ou racines, sans addition d’eau ou de vapeur d’eau.
  • L’expression à froid : ce mode d’obtention ne s’applique qu’aux fruits d’agrumes (Citrus spp.) par des procédés mécaniques à température ambiante. Le procédé classique consiste à exercer une action abrasive sous un courant d’eau sur toute la surface du fruit. Après élimination des déchets solides, l’huile essentielle est séparée de la phase aqueuse par centrifugation.

Huiles essentielles : quelles utilisations ?

Les huiles essentielles peuvent avoir un usage cosmétique, pharmaceutique et alimentaire. On peut également les trouver dans des produits de consommation courante, parfums d’ambiance et biocides.

Pour un usage thérapeutique, il est recommandé de consulter un praticien de confiance. Dans ce cadre, les huiles essentielles peuvent être utilisées de trois façons :

  • Par voie interne : les huiles essentielles peuvent être ingérés en les mélangeant à de l’huile végétale, du miel, du yaourt, en avalant des capsules ou bien en suppositoires ;
  • Par voie externe : les huiles essentielles peuvent pénétrer dans l’organisme à travers la peau, mélangées à une huile de massage ou à une crème ;
  • Par voie aérienne : les huiles essentielles peuvent être inhalées par les voies respiratoires grâce à un diffuseur à soufflerie (meilleure méthode pour un usage thérapeutique), poterie poreuse (faible évaporation), diffusion par une chandelle ou une lampe (mais la chaleur risque de détruire les propriétés thérapeutiques des huiles), ou par un ventilateur (sans filtre, sinon il retient les particules des huiles essentielles).

En l’état actuel, il n’existe pas suffisamment d’études scientifiques sur les huiles essentielles pour garantir de véritables résultats. Et ce, même si une efficacité probable est accordée à certaines huiles essentielles, telle la lavande par exemple, pour réduire l’anxiété et l’agitation.
De même, il est connu que les huiles essentielles utilisées seules comme répulsif pour insectes ont un pouvoir répulsif plus faible que les produits de synthèse.

Des risques possibles

Les huiles essentielles sont utilisées depuis longtemps par les médecines traditionnelles. Or, comme le rappelle l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé – anciennement AFSSAPS), « la nature fournit des substances douées d’une grande activité et qui, par conséquent, peuvent aussi présenter une certaine nocivité. Il est donc nécessaire de prendre en considération les risques que ces substances peuvent faire courir à la santé des consommateurs ».

L’utilisation d’huiles essentielles n’est pas anodine pour plusieurs raisons :

  • Elles peuvent être toxiques pour l’organisme ;
  • Elles peuvent irriter les muqueuses et la peau ;
  • Elles peuvent provoquer des réactions allergiques ;
  • Le romarin et le camphre peuvent déclencher des crises d’épilepsie ;
  • Certaines huiles essentielles sont photosensibilisantes, c’est-à-dire qu’elles rendent la peau plus vulnérable aux effets du soleil et favorisent l’apparition de taches sur la peau.

Un étiquetage défaillant
La dernière enquête en date de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes concernant les huiles essentielles révèle un taux d’infraction de 81 % sur les règles d’étiquetage et l’absence d’indication quant à l’usage des produits. Or, comme le souligne la DGCCRF, « les huiles essentielles peuvent présenter un risque pour le consommateur d’autant plus élevé que leur destination et les précautions d’emploi ne sont pas clairement indiquées sur leur étiquetage. […] Le consommateur ne dispose souvent pas des informations nécessaires pour comprendre la nature des produits qu’il achète, leur mode d’emploi et précautions d’utilisation. »

Bon à savoir

Il n’existe pas de réglementation unique applicable à l’ensemble des huiles essentielles. La réglementation prévue pour ces produits est fonction de leur destination (s’il s’agit d’un produit cosmétique, médicament, biocide ou produit destiné à l’alimentation).

Quelles précautions prendre ?

Utilisez les huiles essentielles avec modération et respectez quelques précautions :

  • Il est souvent conseillé de les diluer dans une huile végétale avant application sur la peau car certaines d’entre elles peuvent se montrer irritantes si elles sont appliquées pures ;
  • Respectez les doses prescrites ;
  • Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien pour connaître les recommandations d’usage spécifiques à chaque huile essentielle.

Bon à savoir

Les huiles essentielles sont déconseillées aux femmes enceintes et jeunes enfants.

Sources :

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*