Faut-il prendre des compléments alimentaires ?

Mis à jour le 12/02/2015 par Bérangère Barataud

Les flacons et boîtes de compléments alimentaires fleurissent sur les étagères de nos parapharmacies et supermarchés. Ils nous promettent plus de vitalité, plus de force, une jolie peau bronzée ou même la jeunesse ! Leur consommation hors prescription médicale est-elle justifiée ? Prendre des compléments alimentaires présente-il des risques pour la santé ? Et comment s’assurer que ces produits respectent la législation en vigueur ? Nos conseils pour ne pas « avaler la pilule » sans réfléchir !

complements_alimentaires_11795728_web

Qu’est-ce qu’un complément alimentaire ?

Le mot « complément alimentaire » correspond à une définition très précise d’après le Décret n°2006-352 du 20 mars 2006. Il s’agit de « denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés ».

Les compléments alimentaires sont vendus en pharmacie, parapharmacies ou dans le commerce sous différentes formes : gélules, comprimés, pastilles, ampoules ou sachets.

Les compléments alimentaires peuvent ainsi renfermer :

  • Des vitamines, telles que les vitamines C ou D,
  • Des minéraux, tels que le calcium ou le magnésium,
  • Des aliments ou parties d’aliments, telles que les extraits de pépins de pamplemousse ou de haricots blancs,
  • Des protéines,
  • Des acides gras, tels que les oméga-3,
  • Des acides aminés, tels que la lysine ou la cystéine,
  • Des oligoéléments, tels que le sélénium ou le fer…

Quels sont les effets recherchés ?

Les consommateurs s’orientent vers les compléments alimentaires pour plusieurs raisons : combattre la fatigue, perdre du poids, préparer la peau au soleil ou encore lutter contre le vieillissement.

Combattre la fatigue : ginseng, guarana, vitamine C, magnésium, gelée royale, caféine… nombreuses sont les molécules auxquelles on prête des vertus antifatigue. Lorsque la fatigue est passagère, la prise de ces compléments alimentaires peut vous être conseillée par votre pharmacien, mais lorsque la fatigue devient chronique, c’est-à-dire qu’elle persiste sur le long terme, prenez conseil auprès de votre médecin. Il peut s’agir d’une carence en fer (notamment chez les jeunes femmes ou les personnes végétariennes) que seule une prise de sang pourra détecter et surtout que seule une cure de fer pourra traiter.

Préparer la peau au soleil : certains compléments alimentaires contiennent des caroténoïdes, principes actifs présents dans les carottes et les tomates, qui vont donner un teint hâlé. Les caroténoïdes activent la production de mélanine et préparent ainsi la peau au soleil. C’est pour cette raison qu’on les nomme « préparateurs de peau à l’exposition solaire » ou encore des « activateurs de bronzage ». Mais attention, ils ne dispensent pas de l’utilisation des crèmes solaires, bien au contraire ! Ces compléments alimentaires ne vous permettent pas d’être protégé des rayons UV du soleil, responsables des coups de soleil et également des cancers de la peau.

Lutter contre les effets du vieillissement : les antioxydants permettent de lutter contre le vieillissement cellulaire, ils sont préconisés dans la réduction du risque de cancer. Au quotidien, on les trouve principalement dans les fruits et légumes sous forme de vitamine C, vitamine E, zinc ou sélénium. Dans le cadre d’une alimentation équilibrée, la prise de compléments alimentaires renfermant ces antioxydants n’est pas nécessaire.
Si vous avez recours à ce type de compléments alimentaires, sachez que leurs effets ne sont pas durables dans le temps. Une fois la supplémentation arrêtée, les effets antioxydants disparaissent. Certaines études ont également montré que la supplémentation en antioxydants peut augmenter le risque de certains cancers. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant.

Augmenter sa musculature : les personnes souhaitant augmenter leur musculature peuvent être tentées de consommer des protéines en poudre. Une consommation excessive de protéines peut entraîner une fatigue des reins et des troubles digestifs.

Quels sont les dangers ?

Même si les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments, il faut les consommer avec une grande prudence ! En effet, si vous en consommez plus que ce dont le corps a besoin (les apports journaliers recommandés), vous pouvez mettre votre santé en danger.

Prenons le cas du magnésium. En période hivernale, le magnésium est souvent prescrit aux personnes rencontrant une fatigue passagère. Pour un adulte, les apports journaliers recommandés en magnésium sont de 5 à 6 mg par jour par kg de poids corporel soit 350 mg pour un homme de 70 kg. Cette valeur est une valeur moyenne, pouvant être modifiée par plusieurs paramètres dont l’âge et l’activité physique.
Le magnésium se trouve dans de nombreux aliments : les légumes verts, les céréales complètes, les fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes…), les légumes secs (haricots blancs, lentilles, haricots rouges…), le chocolat et certaines eaux minérales. Si en plus d’une alimentation équilibrée comportant tous ces aliments, une personne consomme du magnésium sous forme de compléments alimentaires en excès, les risques sont nombreux : troubles nerveux, rougeurs cutanées, diarrhées…
N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien avant toute consommation de compléments alimentaires.

Bon à savoir

Les ventes sur Internet représentent également un danger pour le consommateur. Les compléments alimentaires peuvent être mal dosés ou contenir des substances actives. Ce ne sont alors plus de simples compléments alimentaires mais bien des médicaments ! Ils peuvent alors entraîner de nombreux accidents, des décès par overdose, des troubles divers…

La protection des consommateurs…

Pour protéger au maximum les consommateurs de compléments alimentaires, certains critères d’exigence ont été mis en place :

  • Un étiquetage complet avec la dénomination « complément alimentaire », la teneur en vitamines et minéraux justifiée par des analyses, la portion journalière recommandée…
  • L’absence d’attribution à ces produits de propriétés de prévention, de traitement ou de guérison d’une maladie humaine ou même d’évocation de ces propriétés,
  • Un avertissement que le produit ne doit pas se substituer à une alimentation diversifiée,
  • L’interdiction de remettre en cause le principe qu’une alimentation variée peut en général fournir des apports nécessaires en nutriments,
  • Une déclaration de commercialisation,
  • Un avertissement pour tenir les compléments alimentaires hors de la portée des enfants.

Nos conseils

Si un ou plusieurs de ces points ne sont pas apparents sur l’emballage, ne consommez pas les compléments alimentaires, ils pourraient être nocifs pour votre santé.
Claire Velghe

Par Claire Velghe

Rédactrice santé et nutrition
Ingénieur en alimentation et santé, pianiste aguerrie et surtout experte en desserts maison !

Tous les articles de Claire
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*