Le point sur le VIH / Sida

Mis à jour le 07/12/2015 par Bérangère Barataud

Le virus du Sida touche encore près de 7000 nouvelles personnes chaque année en France. Comment agit-il et comment s’en prémunir ? Comment se faire dépister et quels sont les traitements possibles ? On fait le point.

point_vih_sida__95761009_web

Qu’est-ce que le VIH ou HIV ?

Le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) est le virus du Sida. On l’appelle aussi HIV en anglais (Human Immunodeficiency Virus). Il se transmet :

  • par relation sexuelle ;
  • par le sang ;
  • de la mère à l’enfant, lors de l’accouchement ou par l’allaitement.

Une personne est dite séropositive quand le virus est présent dans son corps.
Une fois dans l’organisme, le VIH attaque une famille de globules blancs, les lymphocytes auxiliaires dits CD4, qui jouent un rôle dans la production des cellules du système immunitaire. Les CD4 infectés vont alors arrêter leur travail immunitaire pour produire de nouveaux virus HIV.
Dans un premier temps, le corps arrive à faire face à l’infection, puis s’épuise. Dès que le nombre de CD4 devient insuffisant, l’immunité n’est plus efficace. Certaines maladies dites opportunistes profitent alors de l’absence de défenses immunitaires pour se développer. Une personne a le Sida quand elle est atteinte d’une ou plusieurs de ces maladies.
Le Sida (Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise) est l’ensemble des signes qui caractérisent la perte des défenses de l’organisme au cours de la vie.

VIH : prévention et dépistage

On peut être contaminé par le VIH sans pour autant présenter de symptôme. Près de 20 % des personnes infectées ignorent, encore aujourd’hui, leur séropositivité. Cependant, elles peuvent tout à fait transmettre le virus. C’est pourquoi il est important d’utiliser des préservatifs, le seul moyen efficace pour se protéger. En cas de prise de risque, n’hésitez pas à vous faire dépister. Plus on est dépisté tôt, mieux c’est !

Il existe plusieurs techniques de dépistage du VIH :

  • Un test classique par prise de sang dans un centre de dépistage anonyme et gratuit. Le résultat est communiqué après quelques jours, et en cas de résultat positif, un second test est proposé pour confirmation.
  • Votre médecin peut vous fournir une ordonnance pour aller faire une prise de sang dans un laboratoire d’analyses médicales. Elle est remboursée à 100 % par la Sécurité sociale et le résultat est disponible entre 1 et 3 jours.
  • Un test rapide en 30 minutes proposé par AIDES. Anonyme et gratuit, ce test est « destiné aux personnes vivant dans des contextes où le VIH/sida est particulièrement présent : les gays et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, les personnes originaires d’Afrique subsaharienne, les usagers des drogues, les travailleurs du sexe, les transexuels mais aussi les populations issues des départements français d’Amérique (Antilles, Guyane). »
  • Un autotest de dépistage de l’infection au VIH, disponible en pharmacie. Il permet de déterminer soi-même et très rapidement (en 15 à 30 minutes), à partir d’une goutte de sang collectée sur le bout du doigt, si la personne est, ou non, contaminée.
    Si le résultat est positif, il doit être confirmé par un test classique. Il est aussi conseillé de prendre contact avec son médecin ou une association. A savoir également : si l’infection date de moins de trois mois, il y a un risque possible d’avoir un faux résultat négatif.

Quel traitement contre le Sida ?

Il est recommandé de commencer le traitement avant que les maladies opportunistes ne se déclarent. Ainsi, de nombreuses personnes atteintes du virus sont traitées alors qu’elles se sentent en bonne santé.
Les Antirétroviraux (AVR) servent à bloquer les trois enzymes nécessaires au virus pour se multiplier. Appelé autrefois trithérapie car trois molécules étaient utilisées, il est plus correct aujourd’hui de parler de multithérapie. Le but est de rendre la charge virale, c’est-à-dire la quantité de virus dans le sang, la plus basse possible jusqu’à être indétectable par les tests. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il n’y a plus de VIH dans l’organisme, il faut continuer le traitement à vie.
Le traitement est lourd et avec des effets secondaires. Les doses et les heures de prises doivent être suivies scrupuleusement. Toute personne séropositive doit être suivie régulièrement par un médecin spécialiste du VIH.

Des recherches sont menées à l’heure actuelle pour rendre les traitements moins toxiques et moins contraignants. En parallèle, d’autres voies continuent à être explorées, comme l’élaboration d’un vaccin contre le VIH et des recherches en thérapie génique.

Bon à savoir

D’après les derniers chiffres de l’INVS datant de 2012, les régions les plus touchées en France par le Sida sont l’Ile-de-France, la région PACA, la Guadeloupe et la Guyane. Parmi les 6372 nouveaux cas recensés, 69 % sont des hommes, 19 % des personnes contaminées ont plus de 49 ans, 69 % ont entre 25 et 49 ans et 12 % ont moins de 25 ans. Les rapports sexuels restent le principal mode de contamination. On note aussi l’usage de drogues injectables (1 %).
Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse

  1. Felipe

    Pourquoi parlons nous encore de virus alors que personne ne l’a jamais vu.Il n’y que les symptômes ou plutôt Syndrome d’Immuno Déficience acquise qui existe je crois ?

    Répondre
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*