Dépolluez votre air intérieur !

Mis à jour le 09/01/2017 par Bérangère Barataud

Votre doux logis n’est peut-être pas aussi sain que vous le pensez : la pollution de l’air intérieur est parfois plus importante que celle de l’extérieur ! Certaines de nos activités sont sources de pollution et peuvent être responsables d’allergies, d’irritations des voies respiratoires, de maux de tête, voire d’intoxications. Alors apprenez à identifier les polluants intérieurs et adoptez les bons réflexes pour garder un air sain dans votre logement.

Air intérieur

Aérer

Pour dépolluer votre air intérieur, il est indispensable d’aérer toutes les pièces de votre logement pendant au moins 10 minutes chaque jour, car les polluants s’accumulent, particulièrement l’hiver, quand on n’ouvre pas beaucoup les fenêtres !
Si vous habitez en ville, vous pensez peut-être qu’en ouvrant les fenêtres, vous laissez entrer la pollution extérieure, mais sachez que la maison produit ses propres polluants et que la concentration de certains polluants est plus importante à l’intérieur qu’à l’extérieur. Alors laissez entrer l’air frais !
L’aération est particulièrement recommandée lors de certaines activités : utilisation de produits ménagers à forte odeur, bricolage produisant de la poussière, douche ou cuisine créant beaucoup de vapeur…
Pendant que les fenêtres sont ouvertes, pensez à éteindre ou à baisser au maximum le chauffage et à surveiller vos enfants !

Ventiler

Pour avoir un logement sain, il ne faut pas seulement aérer, il faut également que l’air puisse circuler pour se renouveler ! Pour cela :

  • Ne condamnez pas les grilles et bouches d’aération et ne placez pas de meuble devant, elles doivent permettre la ventilation naturelle des pièces et rester accessibles pour être nettoyées chaque année.
  • Ne bloquez pas les mécanismes de la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) et faites-la vérifier tous les 3 ans par un spécialiste.

Mais d’où vient la pollution intérieure ?!

L’origine de la pollution intérieure peut être naturelle ou engendrée par vos activités.

Produits de bricolage et produits ménagers : ils dégagent des substances toxiques, parfois inodores, pendant et après utilisation. Ils peuvent être à l’origine d’intoxications, de brûlures, de problèmes respiratoires ou de maladies.
Comment agir ? Pendant que vous bricolez ou pendant le ménage, aérez au maximum votre logement. Respectez les précautions d’utilisation des produits et utilisez les protections nécessaires. Refermez soigneusement les produits après usage et stockez-les dans un endroit aéré, inaccessible aux enfants. Pendant les travaux, si vous ne pouvez pas travailler à l’extérieur, faites des pauses régulièrement et quittez la pièce.

Les allergènes : les acariens, présents dans la poussière, les textiles de la maison et les poils d’animaux, sont des allergènes, c’est-à-dire des substances susceptibles de déclencher des allergies. Les symptômes sont : un nez qui pique ou qui coule, des démangeaisons, des rougeurs aux yeux ou une gêne pour respirer.
Comment agir ? Si vous ou l’un de vos proches est allergique, veillez à passer souvent l’aspirateur au sol, mais aussi sur les textiles (canapés, tapis, tentures, rideaux), lavez régulièrement les draps et aérez la literie. Ne laissez pas vos chiens et chats circuler dans les chambres, brossez-les à l’extérieur si possible et lavez-les régulièrement.

L’humidité : Si l’air est trop humide dans votre logement, des moisissures peuvent se développer sur les murs, le sol ou au plafond. Ces moisissures peuvent être toxiques et allergéniques.
Comment agir ? Si vous remarquez des moisissures chez vous, nettoyez-les avec une éponge et de l’eau de javel puis recherchez-en la source. En cas de dégâts des eaux, d’infiltration ou de pont thermique (zones de fortes déperditions thermiques où l’humidité peut se condenser), des aménagements ou des travaux seront peut-être nécessaires. S’il s’agit de vos activités, veillez à bien aérer en ouvrant les fenêtres, utilisez un couvercle sur vos casseroles ou branchez la hotte aspirante pendant que vous cuisinez, et essayez si possible de faire sécher le linge à l’extérieur.

Le tabac : même si vous fumez en ouvrant la fenêtre, les composants nocifs de la cigarette imprègnent les textiles de la maison (rideau, moquette, canapés…) et continuent de se diffuser même après avoir éteint votre cigarette !
Comment agir ? Pour vous et pour vos proches, ne fumez qu’à l’extérieur de votre logement !

Le monoxyde de carbone : ce gaz asphyxiant est produit par les appareils de chauffage et de production d’eau chaude. Sans couleur, ni odeur, il est impossible à détecter sans appareil spécifique et cause chaque année près de 6000 intoxications et 300 décès.
Comment agir ? Faites entretenir vos appareils régulièrement par des professionnels et respectez les consignes d’utilisation. Faites ramoner la cheminée et vos conduits, ne bouchez pas les bouches d’aération et la VMC, et n’utilisez pas les chauffages mobiles d’appoint en permanence s’ils fonctionnent au butane, propane ou au pétrole, et ne laissez pas votre gazinière s’encrasser.

Le radon : ce gaz naturel, responsable de cancer du poumon, s’infiltre dans les logements par le sol. Si les pièces ne sont pas aérées et ventilées, il stagne et se concentre. Certaines régions sont particulièrement concernées : l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Corse, la Bretagne…
Comment agir ? Vous pouvez mesurer le radon dans votre logement à l’aide d’un dosimètre. Selon la concentration, il faudra prendre des mesures pour améliorer la ventilation ou entreprendre des travaux d’isolation.

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*