Dossier

Découvrir le cerveau : penser, ressentir et agir

Mis à jour le 21/09/2016 par Bérangère Barataud

Cet article fait partie du dossier : Comprendre la mémoire et la maladie d’Alzheimer

Voir le sommaire du dossier

Connaissances, stratégies, pensées, émotions, actions… Les neurones sont une des clés de notre vitalité.

shutterstock_comprendre_alzheimer2_55456768

Un cerveau, des neurones, des réseaux

Le cerveau est constitué de cellules, appelées neurones, connectées entre elles en réseaux. Chaque neurone activé est le siège d’un courant électrique qui le parcourt et active ainsi d’autres neurones par l’intermédiaire de nombreuses connexions.

Notre activité cérébrale est sous-tendue par des courants électriques que sont les influx nerveux et par la sécrétion locale de nombreuses substances chimiques.

Préserver les artères cérébrales

Pour une bonne vitalité et un bon fonctionnement, le cerveau doit être bien alimenté. Les artères cérébrales l’irriguent et véhiculent un sang riche en oxygène, glucose et autres composants nécessaires comme des vitamines et certaines graisses. En cas de privation de ces apports, le cerveau souffre parfois de façon irréversible.

La préservation de nos artères cérébrales est donc indispensable pour que notre cerveau fonctionne au mieux et longtemps. Identifier et contrôler nos facteurs de risque cardiovasculaires sont une priorité pour le maintien d’un bon fonctionnement cérébral.

Stimuler l’activité des neurones

Notre activité influence la vitalité de nos neurones. Plus nous activons nos neurones, par exemple lors d’activités intellectuelles, plus nous stimulons leur vitalité et le développement de nouvelles connexions entre eux. Cela augmente nos capacités cérébrales.

En revanche, l’absence d’activité entraîne un appauvrissement des connexions et une diminution de la vitalité de ces cellules, diminuant nos capacités cérébrales.

Bon à savoir

La neuroplasticité
C’est la capacité de notre cerveau à réorganiser de nouveaux circuits entre les neurones lorsque certains sont lésés. Le but est de compenser les déficits et de maintenir un fonctionnement cérébral optimal. La réadaptation cérébrale est basée sur cette faculté.
La réserve cognitive
Elle est représentée par toutes les stratégies que nous avons apprises durant notre vie, ainsi que par notre stock de connaissances acquises. Elle dépend de nos études et des activités pratiquées antérieurement.
1 sur 3
%postcontent%
Hélène Pitti-Ferrandi

Par Hélène Pitti-Ferrandi

Le docteur Hélène Pitti-Ferrandi est médecin gériatre à la Clinique de la Porte Verte à Versailles.

Tous les articles de Hélène
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*