Comprendre et favoriser le sommeil de son enfant

Mis à jour le 17/10/2017 par Alexie Colson

Au cours des dernières décennies, l’heure du coucher des enfants n’a cessé de reculer et le temps de sommeil de diminuer. Quelles sont les caractéristiques du sommeil de l’enfant ? Les signes et les conséquences d’un mauvais sommeil ? Quelles sont les choses à faire ou ne pas faire pour favoriser le sommeil de son enfant ? Laissez-vous bercer par nos conseils…

sommeil

Le sommeil de l’enfant

Comme chez l’adulte, le sommeil de l’enfant (à partir de 5 ans) comprend des cycles de 90 minutes pendant lesquels se succèdent une phase de sommeil lent (léger et profond) et une phase de sommeil paradoxal (le cerveau est aussi actif qu’en journée). Ces deux phases ont des fonctions différentes et complémentaires :

  • Le sommeil lent est une phase durant laquelle est sécrétée l’hormone de croissance qui favorise la régénération des cellules. De plus, le sommeil lent stimule le système immunitaire, permet la récupération physique et favorise la mémoire à long terme.
  • Le sommeil paradoxal est la phase des rêves. Il permet le développement du cerveau et la consolidation des apprentissages.

Bon à savoir

Les phases de sommeil lent sont plus longues en début de nuit, et les phases de sommeil paradoxal sont plus importantes en fin de nuit.

Les besoins de sommeil de l’enfant

Ces dernières années, le temps de sommeil des enfants a diminué, surtout en raison du recul de l’heure du coucher. En cause, les activités sur écran (consoles de jeux vidéo, télévision, ordinateur, téléphone portable) qui détournent de plus en plus souvent les enfants de leur lit, mais aussi les parents qui souhaitent profiter plus longtemps de leur enfant en le couchant plus tard. Pourtant, les enfants ont besoin de plus de sommeil que les adultes !

Bon à savoir

Nombre d’heures de sommeil recommandées (sieste incluse) par jour et par enfant selon son âge :
Bébé (0-6 mois) : de 16 à 18 heures
Maternelle (3-5 ans) : de 11 à 12 heures
Primaire (6-12 ans) : de 9 à 10 heures
Collège et lycée (à partir de 12 ans) : environ 9 heures
Mais attention, sachez que, dès le plus jeune âge, il existe déjà des petits et des gros dormeurs !

Les conséquences d’un mauvais sommeil

Un mauvais sommeil peut entraîner des conséquences néfastes sur la santé de l’enfant :

  • Une diminution des capacités de concentration et d’attention ;
  • De la somnolence.

Ces deux paramètres sont responsables d’une diminution des performances de la mémoire et des apprentissages, et donc de difficultés scolaires.
Par ailleurs, le manque de sommeil provoque :

  • Des troubles du comportement : agressivité, hyperactivité ;
  • De l’anxiété, voire une dépression ;
  • Une augmentation du risque d’accident.

Enfin, associé à une alimentation déséquilibrée, un mauvais sommeil favorise une prise de poids et augmente les risques de développer un diabète.

Les symptômes d’un manque de sommeil

Un enfant qui dort suffisamment se réveille facilement le matin et de bonne humeur. Il est calme et attentif à l’école.
Plusieurs signes peuvent vous permettre d’identifier un manque de sommeil chez votre enfant :

  • Une agressivité ou une intolérance à la moindre contrariété le soir ;
  • De la somnolence ;
  • Une irritabilité ou une agressivité inhabituelle ;
  • De l’hyperactivité ou au contraire de la déprime ;
  • Des sensations de vertiges, de crises de tétanie, de douleurs, de maux de tête.

Quelques conseils pour favoriser le sommeil de votre enfant

A faire !

  • Couchez et levez votre enfant à des heures régulières, même pendant le week-end ou les vacances ;
  • Optez aussi pour des repas à heures régulières ;
  • Limitez la consommation de boissons stimulantes ou énergisantes, particulièrement en fin de journée ;
  • Encouragez la pratique d’une activité physique dans la journée ;
  • Choisissez un rituel de coucher : petite histoire, câlin, chanson ;
  • Faites le noir dans sa chambre ! Fermez les volets, tirez les rideaux et éliminez au maximum les sources de lumière, même faibles car l’obscurité entraîne la production de mélatonine, l’hormone qui provoque l’endormissement et un sommeil de bonne qualité. De la même manière, il est important de s’exposer suffisamment à la lumière du jour pendant la journée pour empêcher la sécrétion de mélatonine et ainsi resynchroniser son horloge interne afin de rester bien éveillé toute la journée.
  • Enfin, il faut que le sommeil soit associé à un moment agréable. Aller au lit ne doit pas être une punition ! Aménagez confortablement son lit, sans le surcharger de jouets et peluches.

A ne pas faire !

  • Passer du temps devant les écrans le soir (télévision, ordinateur, console de jeux…) car la lumière des écrans peut affecter la sécrétion de mélatonine et augmenter le niveau d’éveil. De plus, accaparé par l’écran, l’enfant peut lutter contre les signes annonciateurs du sommeil ;
  • Pratiquer une activité physique avant le coucher ;
  • Manger un trop gros repas avant d’aller se coucher ;
  • Surcharger votre enfant d’activités extrascolaires ;
  • Mettre la pression au sujet des résultats scolaires.

Si votre enfant présente des signes d’un manque de sommeil alors qu’il fait de longues nuits, il est possible que son sommeil ne soit pas réparateur en raison d’un trouble : réveils spontanés répétés dans la nuit, terreurs nocturnes, cauchemars… N’hésitez pas à en parler avec un médecin.

Sources :

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*