Cinq étapes pour arrêter de fumer

Mis à jour le 25/06/2013 par Sophie NIKLASZEWSKI

Cet article fait partie du dossier : Arrêter de fumer, êtes-vous prêt ?

Voir le sommaire du dossier

Un fumeur sur deux peut s’arrêter par lui-même. Les substituts nicotiniques, comme les gommes ou les patchs vendus en pharmacie, sont à ce jour les moyens les plus efficaces. S’arrêter de fumer est un "chemin" vers un nouvel état. En voici les principales étapes.

etapes_arreter_fumer_184890812_web

ETAPE N°1 : L’envie de changer

S’arrêter de fumer commence bien avant la dernière cigarette. Tout démarre par une prise de conscience. Ras le bol de se sentir dépendant ? Inquiétude pour sa santé ? Influence de l’entourage ? Les conditions peuvent être multiples. Ce qui prédomine généralement est l’envie simple et spontanée de changer, d’en finir avec sa routine de fumeur pour devenir une « nouvelle personne ». Un projet motivant de modifier le cours de sa vie prend alors forme.

ETAPE N°2 : Les bonnes raisons

Arrêter sa consommation de tabac ne doit pas être un caprice passager mais se fonder sur des raisons profondes. Selon sa situation et son tempérament, chacun trouvera une ou des motivations. Les motifs ne manquent pas : faire des économies d’argent, montrer le bon exemple à ses enfants, cesser d’importuner ses amis non-fumeurs…

ETAPE N°3 : S’arrêter

Pour la dernière cigarette : pas de cérémonial. Fixez-vous une date-clé (anniversaire…) un peu à l’avance. Pour vous y tenir, n’hésitez pas à prévenir votre entourage de la date choisie. S’arrêter de fumer est un geste évident qui consiste à décider de ne plus allumer la cigarette suivante. Vous passez alors symboliquement du statut de fumeur à celui de non-fumeur en un instant. Néanmoins, pour votre dernière cigarette, choisissez une période propice. Par exemple, plutôt en début de journée. Evitez de prendre votre décision « sur un coup de tête » ou lors d’une période stressante sur le plan moral.

ETAPE N°4 : Le sevrage

Le plus dur commence : le sevrage. Les effets de la dépendance physique à la nicotine commencent à s’estomper progressivement après quelques semaines. En revanche, les effets de la dépendance comportementale peuvent se prolonger plus longtemps, voire ne jamais complètement disparaître.

Pour passer ce cap délicat, les meilleures techniques restent encore à ce jour les substituts nicotiniques vendus en pharmacie, sous forme de gommes à mâcher ou de patchs. Contrairement à une cigarette dont la nicotine agit par pics rapides (la substance atteint le cerveau en 7 secondes et est pleinement délivrée à la fin de la cigarette), les substituts diffusent leur substance lentement (il leur faut 30 mn pour atteindre le cerveau), ce qui aide le corps à se déshabituer. Ils sont particulièrement utiles dans les premières semaines, ensuite il s’agit davantage de combattre la dépendance dite « psychologique » que « physique ».

Sur prescription médicale, certains fumeurs peuvent aussi essayer des traitements de type Buproprion.

Un fumeur sur deux parvient à s’arrêter par lui-même. Dans les autres cas, de nombreuses solutions existent pour se faire accompagner au sein de consultations spécialisées en tabacologie.

ETAPE N°5 : Profiter de sa nouvelle vie !

Les sensations négatives et immédiates liées au tabac s’estompent au bout de quelques jours. Le rythme cardiaque diminue, l’odorat et le goût réapparaissent. Pour concrétiser sa nouvelle vie de non-fumeur, se lancer dans de nouvelles activités sportives ou récréatives aide à maintenir sa résolution. Elles permettent notamment de compenser l’absence de tabac par un autre centre d’intérêt. Un seul mot d’ordre : profitez de la vie !

3 sur 4
%postcontent%
Claire Velghe

Par Claire Velghe

Rédactrice santé et nutrition
Ingénieur en alimentation et santé, pianiste aguerrie et surtout experte en desserts maison !

Tous les articles de Claire
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*