Cassez le ronron du ronflement !

Mis à jour le 24/10/2016 par Bérangère Barataud

Ce bruit nocturne qui vous empêche de vous endormir, qui vous réveille ou vous inquiète… Le ronflement peut vous ronger ! D’où viennent ces bruits ? A quoi sont-ils dus ? Comment les limiter ? Et quand faut-il s’en inquiéter ? Faites le plein de conseils…

Ronflements

Qu’est-ce que le ronflement ?

Pendant le sommeil, les muscles des parois du pharynx, une zone de la gorge, se relâchent et peuvent obstruer le passage de l’air. Quand l’obstruction est partielle, elle ne permet pas à l’air de circuler facilement et provoque une vibration, c’est le ronflement ! Quand elle est totale, elle provoque une apnée du sommeil.

ronflement
Respiration normale : l’air circule librement
ronflement
Ronflement : l’air circule difficilement

Le ronflement se manifeste par un son rauque plus ou moins fort : il peut atteindre jusqu’à 100 décibels, soit l’équivalent d’un camion qui passe !
Ce bruit respiratoire est très fréquent : 1 adulte sur 2 ronfle occasionnellement, et environ 60 % des personnes de 60 ans sont des ronfleurs. Il peut également survenir chez l’enfant.

Quels sont les facteurs favorisant le ronflement ?

  • Le sexe. Les hommes sont plus sujets au ronflement que les femmes ;
  • L’âge. Le ronflement survient plus souvent en prenant de l’âge ;
  • L’excès pondéral. L’obésité est la première cause des ronflements quotidiens ;
  • Un nez bouché ;
  • Des problèmes de végétations ou des amygdales volumineuses ;
  • La prise de médicament favorisant l’endormissement ou d’antihistaminiques, car ils diminuent le tonus musculaire ;
  • Le tabac, car il provoque des inflammations chroniques des voies respiratoires et peut donc gêner la circulation de l’air ;
  • La prise d’alcool. En effet, l’alcool favorise le relâchement musculaire et facilite l’endormissement, mais ce relâchement favorise également le ronflement et la survenue de troubles respiratoires durant le sommeil (apnées) provoquant des éveils au cours de la nuit, surtout dans sa seconde partie.

Comment limiter le ronflement par soi-même ?

Afin de limiter le ronflement, il convient d’agir autant que possible sur les facteurs favorisants. Adopter une bonne hygiène de vie et une bonne alimentation peut réduire ou faire disparaître les ronflements.

Nos conseils

  • Limitez et supprimez votre consommation de boissons alcoolisées ;
  • Essayez de perdre du poids ;
  • Évitez de dormir sur le dos et essayez plutôt une position sur le côté. Une astuce de grand-mère consiste à placer une balle de tennis dans une poche cousue au dos de son pyjama !

Quand faut-il consulter ?

Les ronflements peuvent parfois être le signe d’une pathologie. Il est conseillé de consulter un médecin si :

  • Les ronflements ne cessent pas, malgré des changements d’hygiène de vie ;
  • Les ronflements ont un impact sur la qualité de votre sommeil et entraînent une fatigue anormale ;
  • Vous ne vous sentez pas reposé au réveil ;
  • Les ronflements s’accompagnent d’autres symptômes : troubles de la mémoire, de la concentration, maux de tête, irritabilité, anxiété, troubles dépressifs, une diminution de la libido ;
  • Vos ronflements inquiètent votre entourage ou deviennent une cause de problèmes relationnels avec votre conjoint ;
  • Le ronflement concerne un enfant, il s’agit peut-être d’une pathologie des végétations ;
  • Les ronflements sont très bruyants sur une partie ou durant toute la nuit. Cela peut être le signe d’apnées du sommeil.

Un ronflement non traité peut devenir invalidant ou avoir un retentissement social par la fatigue et/ou la somnolence qu’il provoque. Il est donc important de consulter son médecin traitant.

Sources :

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse

  1. bonnier

    article complet tout en étant simple et très intéressant

    Répondre
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*