La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Mis à jour le 02/11/2016 par Bérangère Barataud

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie chronique qui touche les bronches et impacte le système respiratoire. Il existe plusieurs stades plus ou moins graves selon la progression de la maladie. Très peu connue en France, elle concerne pourtant près de 3,5 millions de personnes, dont 50 % sont des femmes. Retour sur les causes et les symptômes, mais aussi les moyens de se faire dépister...

BPCO_166843385_web

La bronchopneumopathie chronique obstructive, qu’est-ce que c’est ?

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) se caractérise par une inflammation et un remodelage des bronches, entraînant progressivement une obstruction des voies aériennes et donc des difficultés à respirer. A ce jour, il n’existe aucun remède, seulement des alternatives pour améliorer la qualité de vie des malades.
Cette maladie chronique, souvent considérée comme insidieuse du fait de sa manifestation tardive, évolue lentement et peut devenir totalement invalidante, provoquant le décès des malades dans les cas les plus sévères. A titre de comparaison, la BPCO provoque environ 17 000 décès chaque année, soit trois fois plus que les accidents de la route.

Le tabac : première cause de BPCO en France

Le tabac est responsable de la BPCO dans plus de 80 % des cas. Plus le tabagisme est important et ancien, plus le risque augmente. Le tabagisme passif est également mis en cause.

D’autres facteurs entrent en jeu :

  • les facteurs dits professionnels : exposition aux minéraux, produits chimiques, produits organiques ;
  • les facteurs dits domestiques : exposition aux produits domestiques (solvants, poussière), à la fumée ;
  • les facteurs héréditaires : certains troubles comme la déficience en antitrypsine alpha 1 se transmettent et peuvent être à l’origine de la BPCO.

Bon à savoir

  • Un fumeur qui poursuit sa consommation durant des années a près d’une chance sur deux d’avoir une BPCO à 65 ans.
  • 50 % des malades souffrant de BPCO sont aujourd’hui des femmes.
  • D’ici 2030, la BPCO sera la 4e cause de mortalité dans le monde.

Des symptômes différents en fonction de l’évolution de la maladie

La BPCO est une maladie chronique évolutive. En fonction du stade de l’inflammation, les symptômes deviennent de plus en plus graves et handicapants dans la vie de tous les jours.
Chez les personnes atteintes de BPCO légère (stade 1), les premiers symptômes se caractérisent par un essoufflement (dyspnée) lors d’efforts intensifs. Il est difficile de la détecter à ce stade car, bien souvent, on n’en a pas conscience et on se contente généralement de limiter ses efforts.
Au stade supérieur, cet essoufflement intervient durant les activités de la vie quotidienne, puis pour des gestes de plus en plus simples. Apparaît également une toux quasi quotidienne, des expectorations et bronchites à répétition.
Au stade le plus sévère (stade 4), la maladie peut conduire à une insuffisance respiratoire. L’organisme manque alors d’oxygène et la qualité de vie du malade est largement impactée.

Bon à savoir

A tabagisme égal, les femmes ont tendance à développer précocement une forme plus sévère de BPCO.

BPCO : le dépistage existe, pensez-y !

Consultation chez le médecin : En cas de doute et d’essoufflement inexpliqué, il ne faut pas hésiter à consulter votre médecin, surtout si vous êtes particulièrement exposé au tabagisme. Un premier bilan peut être établi à l’aide d’un simple questionnaire.
La spirométrie : Ce test très courant peut être réalisé chez le médecin ou en clinique. Il s’agit simplement de souffler dans un tube relié à une machine qui calcule le temps nécessaire pour évacuer l’air de vos poumons. En fonction du taux obtenu, on est capable de détecter la maladie et son stade d’avancée de manière très fiable.
Examens sanguins : Pour compléter une spirométrie, il est possible de réaliser un prélèvement de sang afin de calculer le taux d’oxygène dans le sang et connaître ainsi plus précisément la gravité de la maladie.

Bon à savoir

Encore aujourd’hui, les femmes restent très largement sous-diagnostiquées. Pour l’association BPCO, elles sont pourtant plus menacées et plus vulnérables que les hommes. D’où son combat pour un meilleur diagnostic et une meilleure prise en charge des patients.

Nos conseils

Quelques gestes à adopter pour prévenir la BPCO :

  • Arrêter de fumer ;
  • Se protéger en cas d’exposition à la poussière ou aux gaz ;
  • Adopter une alimentation équilibrée ;
  • Réduire son poids en cas d’excès ;
  • Se faire vacciner (grippe, pneumonie…).
Bérangère Barataud

Par Bérangère Barataud

Férue de presse scientifique et d'infos santé, mais surtout maman poule !

Tous les articles de Bérangère
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*