Le bon usage des antibiotiques

Mis à jour le 29/12/2015 par Bérangère Barataud

On le sait maintenant, « les antibiotiques, c’est pas automatique ! » Mais savez-vous comment agissent ces médicaments ? Pourquoi certaines bactéries y deviennent résistantes ? Et quelles sont les règles pour en faire bon usage ? Suivez cette prescription, sans contre-indication !

antibiotiques_57590812_web

Comment agissent les antibiotiques ?

La généralisation des antibiotiques a permis de rendre certaines maladies particulièrement rares : tuberculose, méningite, syphilis… Mais ils ne sont pas non plus un remède miracle car les antibiotiques ne fonctionnent pas à tous les coups.

En effet, les maladies infectieuses sont dues à divers agents infectieux :

  • Les virus. Ce sont des parasites qui ont besoin d’investir une cellule pour se développer. Ils ne sont jamais bénéfiques pour l’organisme. La bronchite aiguë, la grippe, le rhume, la varicelle, la rougeole, le VIH… sont des maladies virales.
  • Les parasites. Ce sont des organismes vivants qui vivent en symbiose avec un autre organisme, sans toujours être néfastes.
  • Les champignons.
  • Les bactéries. Ce sont des êtres vivants qui peuvent être bénéfiques. Les bactéries du yaourt, par exemple, facilitent la digestion. La cystite, la pneumonie, la diphtérie, la lèpre… sont des maladies bactériennes.

Mais les antibiotiques ne sont efficaces que sur les bactéries ! Ils empêchent leur prolifération ou les détruisent, mais ne sont pas toxiques pour l’homme. Pour combattre efficacement un virus, il faut utiliser un antiviral, un parasiticide contre un parasite et un antifongique contre un champignon.
De plus, sachez que les antibiotiques agissent uniquement sur les symptômes, ils ne font donc pas guérir plus vite.

Pourquoi certaines bactéries deviennent-elles résistantes aux antibiotiques ?

A force de contact avec les antibiotiques, les bactéries ont développé des stratégies de survie : par la mutation de leurs gènes ou en récupérant les gènes résistants d’une autre bactérie. Ainsi, plus on utilise les antibiotiques, plus les bactéries ont l’occasion d’organiser leur défense !
La résistance des bactéries est aujourd’hui devenue un vrai problème de santé publique, certaines infections nosocomiales sont devenues intraitables et mortelles.

Certains éléments participent au développement des résistances :

  • La surprescription. Les antibiotiques sont parfois prescrits alors que l’infection n’est pas due à une bactérie, mais à un virus par exemple. Parfois aussi, les antibiotiques peuvent être prescrits en prévention, pour éviter qu’un organisme affaibli ne soit infecté.
  • L’usage d’antibiotique à trop petite dose ou sur un temps trop court (moins de 8 jours) ou trop long affaiblit la bactérie mais ne la tue pas. Elle est finalement renforcée.

Ces dernières années, le problème a été contourné par la découverte régulière de nouvelles molécules antibiotiques, mais aujourd’hui de telles découvertes sont rares et nos armes contre les bactéries s’amenuisent…

Quelques conseils et règles à suivre…

  • Respectez la dose et la durée de votre traitement. Ne l’arrêtez jamais avant la fin, même si votre état de santé s’améliore.
  • Ne donnez jamais vos antibiotiques, et de manière générale vos médicaments, à une autre personne. Un antibiotique est spécifique à une maladie et à une personne.
  • Ne réutilisez pas les antibiotiques qu’il vous reste sans prescription médicale, même si vous avez l’impression que les symptômes sont les mêmes.
  • Evitez la consommation d’alcool pendant votre traitement.
  • Les antibiotiques détériorent la flore intestinale (composée essentiellement de bactéries) et peuvent donc occasionner des diarrhées. Les bactéries contenues dans les yaourts peuvent vous aider à reconstituer cette flore intestinale.
  • En cas de doutes ou effets indésirables, demandez conseil à votre médecin.

Les Français de plus en plus sensibilisés au problème

Les Français sont parmi les plus gros consommateurs d’antibiotiques en Europe (leur consommation moyenne est supérieure de 30 % à la moyenne européenne). Pourtant, la campagne d’information « les antibiotiques, c’est pas automatique » a eu un réel impact sur les mentalités. En effet, à la suite de cette campagne, une baisse importante de la consommation hivernale d’antibiotiques a été enregistrée.
Entre 2002 et 2012, la consommation d’antibiotiques a diminué de près de 10 %, mais elle a augmenté de 3 % sur les 5 dernières années. Il est donc important aujourd’hui de continuer à diffuser ce message.

Comments

comments

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*