10 conseils pour concilier soucis de santé et sexualité

Mis à jour le 23/09/2016 par Bérangère Barataud

Un problème de santé, qu'il soit chronique ou passager, peut avoir des répercussions sur la vie sexuelle. Pourtant, des solutions existent pour continuer à prendre du plaisir, d'autant plus que la santé sexuelle fait partie intégrante de la santé générale. C'est l'OMS* qui le dit ! Alors, pour dépasser vos soucis de santé et préserver autant que possible vos moments câlins, suivez les conseils et astuces du Dr Gilles Formet, sexologue.

sexualité

Un mal de dos

Faire l’amour quand on a mal au dos n’est pas toujours très plaisant. Pour éviter de se cambrer et de souffrir pendant les câlins, on recommande une position latérale postérieure. En pratique, l’homme et la femme sont tous les deux sur le côté, les jambes légèrement fléchies. Monsieur est derrière, plaçant une jambe entre celles de Madame.

Un problème de hanche

Pour éviter de trop écarter les jambes et ainsi solliciter plus que de raison l’articulation des hanches, mieux vaut là encore opter pour une position latérale postérieure. Tous les deux sur le côté, Monsieur est derrière Madame, chacun ayant les jambes légèrement fléchies.

Un problème de genou

La position pour des rapports plus confortables en cas de problème de genou est celle du missionnaire. Madame est allongée sur le dos, Monsieur est au-dessus d’elle.

Nos conseils

Bien sûr, quelle que soit l’origine de vos douleurs, n’hésitez pas à expérimenter d’autres positions pour voir celles qui vous convient le mieux !

Une dépression

En cas de dépression, il y a souvent une baisse de la libido. Pour faire renaître l’envie, il est alors question de traiter le trouble en fonction de son intensité.
Si la dépression est légère, il est possible de s’orienter vers une psychothérapie. N’hésitez pas à consulter plusieurs professionnels pour trouver celui qui vous convient le mieux.
Si la dépression est sévère, des médicaments peuvent être nécessaires en plus d’une psychothérapie. A savoir que les traitements proposés peuvent eux aussi faire chuter la libido. Dans ce cas, parlez-en à votre médecin qui pourra essayer de revoir sa prescription. Sinon, il va falloir prendre patience. Une fois la dépression guérie, le désir devrait revenir.

Une grande fatigue

Si la fatigue est matinale, il peut s’agir d’un facteur dépressif à l’origine d’une baisse de libido. La prise en charge est alors la même que pour une dépression légère.
Si la fatigue arrive davantage en fin de journée, elle peut être liée à une certaine anxiété. Dans tous les cas, n’hésitez pas à consulter votre médecin pour trouver l’origine de la fatigue et le traitement le plus adapté.

Une incontinence urinaire

Les femmes gênées lors des rapports sexuels par des problèmes d’incontinence urinaire peuvent se faire opérer. Malgré tout, le mieux est d’agir en amont, l’idéal étant une rééducation périnéale avec un kinésithérapeute spécialisé. Faites-vous conseiller pour être prise en charge par un professionnel qualifié dans ce domaine.

Une sécheresse vaginale

Il est important d’identifier la cause d’une sécheresse vaginale. Si elle est liée à l’usage de certains médicaments, il est possible de recourir à des gels lubrifiants. Ils peuvent venir pimenter les préliminaires ou faire partie intégrante de jeux érotiques.
La ménopause peut aussi entraîner un bouleversement hormonal et occasionner une sécheresse vaginale. Si l’usage de lubrifiants peut faciliter les choses, sachez que la lubrification revient naturellement avec une activité sexuelle régulière.

Une obésité

Les kilos en trop peuvent être un frein pour une sexualité épanouie. En cas d’obésité, la position latérale postérieure est souvent la plus adaptée : l’homme et la femme sont tous les deux sur le côté, les jambes légèrement fléchies. Monsieur est derrière, plaçant une jambe entre celles de Madame.

Un problème de prostate

  • De manière générale, bon nombre de traitements pour la prostate retardent l’éjaculation. Ce petit « souci » est lié aux médicaments, c’est normal.
  • Après une opération de la prostate, il peut aussi apparaître ce que l’on appelle une éjaculation rétrograde. Dans ce cas, l’éjaculation existe, mais elle se fait vers la vessie. L’homme ressent les mêmes sensations, mais sans éjaculation visible. Que les conjointes ne se sentent pas lésées, tout fonctionne, mais différemment.
  • En cas de cancer, la prostate est enlevée. Les nerfs érecteurs frôlant la prostate, mieux vaut trouver un bon chirurgien pour éviter une perte d’érection liée à l’opération. A savoir aussi qu’après une telle intervention, il existe souvent une sorte de sidération des nerfs, comme une paralysie, responsable dans 70 % à 80 % des cas d’une absence d’érection pouvant durer plusieurs mois.
    Pour entretenir la capacité érectile en attendant la reprise des érections, Monsieur peut se voir prescrire un traitement inducteur d’érection (à prendre par voie orale). Il peut aussi avoir recours à des injections intra-caverneuses de produits qui induisent l’érection.

Un diabète

Le diabète peut provoquer une neuropathie, avec des conséquences sur les nerfs érecteurs. Dans ce cas, des injections intra-caverneuses peuvent aider à retrouver une érection.
A savoir aussi qu’on associe souvent le diabète à des difficultés d’érection. Mais la plupart du temps, c’est dans la tête. Attention à ne pas vous laisser prendre…

* Organisation mondiale pour la santé

Sources :

  • Entretien avec le Dr Gilles Formet, sexologue, psychiatre, psychanalyste, secrétaire général de la Société française de sexologie clinique
Bérangère Barataud

Par Bérangère Barataud

Férue de presse scientifique et d'infos santé, mais surtout maman poule !

Tous les articles de Bérangère
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*