Bien choisir ses fruits et légumes de printemps

Mis à jour le 20/03/2016 par Bérangère Barataud

Les jours rallongent et les températures remontent, c’est l’heure de savourer les fruits et légumes de printemps ! Asperge, fève, fraise, rhubarbe... que ce soit dans les allées du marché, sur les étals du primeur ou dans les rayons du supermarché, suivez nos conseils pour choisir les meilleurs produits de saison !

F&L_printemps

Les légumes

L’asperge : L’asperge est constituée de plus de 90 % d’eau et favorise l’élimination rénale et intestinale. Elle se conserve crue environ 3 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur, à condition d’être dans un papier journal ou dans un sac en papier. Des asperges cuites à la maison doivent être consommées rapidement car elles ne se conservent pas.
Bien choisir ! Une asperge bien fraîche sera droite, avec une tige cassante mais non abîmée, et un bourgeon bien fermé.

Le cresson : Le cresson est une plante très intéressante d’un point de vue nutritionnel. Elle est peu calorique et riche en vitamines. Sa teneur en calcium est importante (160 mg pour 100 g de cresson), ce qui en fait l’un des légumes incontournables pour les personnes ne consommant pas de produits laitiers (le calcium participe à la fabrication et au maintien des os et des dents).
Bien choisir ! Une belle botte de cresson doit être bien verte et comporter des feuilles serrées. Si vous trouvez du cresson jauni ou des feuilles flétries, n’achetez pas la botte !

Le petit pois : Les petits pois sont considérés comme des légumes, malgré leur importante teneur en glucides (sucres). La plupart des légumes se situent aux alentours de 2 à 6 % de glucides, le petit pois à 12 %. Il est pour ainsi dire à mi-chemin entre les légumes et les féculents. La teneur en glucides du petit pois évolue avec le temps : plus un petit pois est mature, plus il est riche en glucides. Préférez ainsi le petit pois jeune et frais si vous surveillez de près votre alimentation !
Bien choisir ! Choisissez des gousses fermées, bien fraîches et non desséchées.

La fève : La fève présente la particularité de pouvoir être consommée fraîche, sans être séchée, contrairement à la plupart des autres légumineuses. Il suffit de la plonger quelques minutes dans l’eau bouillante et d’ôter la peau. Ce légume présente plusieurs atouts nutritionnels : un apport intéressant en protéines (indispensables au bon fonctionnement des muscles), une source importante de fibres (pour un bon transit intestinal) et une source de glucides complexes (pour diffuser progressivement l’énergie à l’organisme). Dans leur gousse, les fèves se conservent 5 à 6 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur.
Bien choisir ! De belles gousses de fèves doivent être épaisses, charnues et non desséchées. Vérifiez également qu’elles sont bien fermées.

Les fruits

La fraise : La fraise possède deux grandes qualités nutritionnelles : elle est riche en vitamine C (plus riche que l’orange !) et légère. Sachez que 150 g de fraises, soit une dizaine, permettent de couvrir plus de 75 % des apports journaliers recommandés en vitamine C et n’apportent que 45 kcal. La fraise est également riche en antioxydants (polyphénols et caroténoïdes) permettant de lutter contre le vieillissement des cellules.
Bien choisir ! La fraise doit être bien rouge, brillante et parfumée. Le pédoncule doit être attaché au fruit, d’un beau vert vif et d’apparence fraîche.

La rhubarbe : La rhubarbe est peu calorique car elle comporte peu de sucres, mais son acidité nous impose de rajouter du sucre pour la préparer. La rhubarbe a la particularité d’être riche en calcium, plus riche même que le lait (145 mg pour 100 g). Egalement, elle comporte une quantité de fibres importantes favorisant le transit intestinal et permettant de lutter contre la constipation.
En raison de la présence d’acide oxalique, la consommation de rhubarbe est déconseillée à toute personne souffrant de goutte ou étant prédisposée à des calculs rénaux ou urinaires.
Bien choisir ! Choisissez des tiges de rhubarbe bien raides, fraîches et à la couleur franche. Une fois coupée, la sève doit perler aux extrémités de la tige.

Sources :

  • « Guide de la santé dans votre assiette », Que Choisir Ed., 2010
Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
A lire aussi
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*