Bien choisir et installer son détecteur de fumée

Mis à jour le 20/01/2016 par Bérangère Barataud

En France, un incendie se déclare toutes les deux minutes ! A ce rythme, un Français sur trois sera victime d’un incendie au cours de sa vie. Or, un simple détecteur de fumée permet de réduire de 90 % le risque d’être tué si un incendie se déclare dans sa maison. Depuis le 8 mars 2015, les détecteurs autonomes avertisseurs de fumée sont obligatoires dans tous les foyers. Comment bien choisir son DAAF et l'installer ? On vous guide !

Détecteur de fumée

L’utilité d’un détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF)

Un détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF) est un boîtier qui comporte tous les outils nécessaires pour, comme son nom l’indique, détecter la présence de fumée et avertir par un signal sonore. Il est destiné à être utilisé dans les habitations (parties privatives d’un habitat collectif ou habitations individuelles) et se déclenche dès la formation de fumée dans la pièce où il est installé. On recommande d’installer au moins détecteur de fumée par logement.

Bien choisir son DAAF

Choisissez un DAAF conforme à la norme NF EN 14604 et certifié NF, c’est la garantie d’un produit fiable, simple à installer, à utiliser et à entretenir. C’est également la garantie que l’appareil répond aux normes en vigueur et à des spécifications supplémentaires à la simple norme CE.
Le DAAF NF est livré avec sa pile ainsi qu’une notice d’installation et de maintenance. Un service d’aide à l’installation et à la maintenance par téléphone est également assuré.

Où l’acheter ? Dans les magasins de bricolage et certains supermarchés.
A quel prix ? L’investissement n’est pas excessif : vous pouvez acquérir un DAAF pour seulement une vingtaine d’euros !

Bon à savoir

Il existe des détecteurs de fumée spécialement adaptés aux personnes sourdes, émettant un signal lumineux ou vibrant.

Où l’installer ?

Avant toute installation, lisez la notice, suivez les consignes et conservez-la. Le DAAF s’installe au plafond, à distance des murs (à au moins 30 cm des bords et 1 m des portes) et des luminaires, et en priorité près des chambres à coucher car le risque le plus grand est d’être intoxiqué par la fumée lors de son sommeil. Fixer un détecteur de fumée dans un couloir par exemple apparaît une bonne idée.

Attention cependant : n’installez pas de DAAF dans le garage, la salle de bain ou la cuisine, il pourrait se déclencher intempestivement à cause des sources de vapeur ! Il est aussi interdit d’installer un détecteur de fumée dans les parties communes des immeubles collectifs car l’alarme inciterait les personnes à sortir de leur logement, se retrouvant alors exposées au danger des fumées.

Installer un DAAF dans un appartement :

Protection de base :

  • Au centre de l’appartement, le plus souvent dans le couloir desservant les chambres ;
  • Dans la chambre d’un fumeur.

Protection renforcée :

  • Dans chaque pièce habitable (salon, salle à manger, bureau…).

Installer un DAAF dans une maison :

Protection de base : dans les escaliers, à chaque étage.
Protection renforcée : dans chaque pièce habitable (salon, salle à manger, bureau…).
Les sous-sols, caves et greniers ne doivent pas être équipés car ils peuvent enregistrer de fortes variations de températures.

Bon à savoir

S’il n’est pas possible d’installer le détecteur de fumée au plafond, vous pouvez le fixer sur un mur, à 30 cm en dessous du plafond et éloigné des coins.

Qui installe le détecteur de fumée ?

C’est le propriétaire qui a la charge d’acheter et d’installer le détecteur de fumée, et ce, même s’il loue son logement.

Par contre, ensuite, c’est bien à l’occupant du logement à veiller à l’entretien et au bon fonctionnement du détecteur (vérifiable grâce à un bouton test). A savoir : un signal sonore (différent du signal d’alarme) indique que les piles sont usées. Si vous disposez d’un détecteur de fumée avec une pile scellée, en général d’une durée de vie de 10 ans, il vous faudra remplacer l’appareil entier une fois la pile usée.

Bon à savoir

Une fois votre détecteur de fumée installé, n’oubliez pas d’informer votre assureur habitation.

Sources :

Géraldine Colleu

Par Géraldine Colleu

Rédactrice santé
Passionnée d'art et de lettres, mais surtout incollable en prévention santé !

Tous les articles de Géraldine
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*