Automédication, oui mais…

Mis à jour le 23/11/2015 par Bérangère Barataud

Au quotidien, pour soulager de petits maux, 85 % des Français ont recours à l’automédication. Pour être pratiquée en toute sécurité, il est impératif de suivre certaines règles essentielles. On vous guide…

automedication_141889399_web

Qu’est-ce que l’automédication ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit l’automédication comme pratique « qui consiste pour une personne à choisir et à utiliser un médicament pour une affection ou un symptôme qu’elle a elle-même identifié ».
Concrètement, l’automédication permet à tout le monde d’acheter librement certains médicaments en pharmacies ou sur Internet, et de rendre ceux qui le souhaitent autonomes dans leur prise en charge de pathologies bénignes.
Les médicaments d’automédication ont fait l’objet des mêmes validations avant leur mise sur le marché que les médicaments sur ordonnance.

Dans quels cas peut-on avoir recours à l’automédication ?

L’automédication est possible lorsque les symptômes sont courants et bénins (douleur modérée, fièvre, rhume, mal de gorge, bouton de fièvre, problème de digestion, etc.), et qu’ils ont une durée limitée. Attention, il est vivement déconseillé de réutiliser d’anciens médicaments prescrits, comme les antibiotiques par exemple.
Dans tous les cas, le pharmacien a un rôle de conseil et d’accompagnement indispensable. N’hésitez pas à le solliciter. Aucune prise de médicament n’est anodine et le pharmacien peut vous éviter une automédication injustifiée.

Quels sont les prix des médicaments d’automédication ?

Il faut différencier :

  • Les médicaments qui peuvent être vendus en automédication ou prescrits sur ordonnance. Lorsqu’ils sont prescrits par un médecin, ils sont remboursés par la Sécurité sociale. En vente libre, leur prix est fixé par l’administration (les pharmacies peuvent vendre moins cher que ce prix, mais n’ont pas le droit de le dépasser).
  • Les médicaments non remboursables. Leur prix est librement fixé par les pharmaciens. Le code de la santé publique demande à chaque pharmacien de fixer ce prix avec « tact et mesure ».

Peut-on acheter des médicaments sur Internet sans risque ?

Oui, c’est possible depuis le 2 janvier 2013, mais il faut être vigilant sur le choix du site Internet : celui-ci doit avoir reçu une autorisation d’une ARS (Agence régionale de santé), garantissant ainsi la qualité et la sécurité du médicament commandé.
Seuls les pharmaciens titulaires d’une officine ou gérants d’une pharmacie peuvent vendre des médicaments sur Internet, et le site Internet doit obligatoirement être adossé à son officine. Seuls les médicaments non soumis à prescription obligatoire peuvent être vendus sur Internet. La liste des sites Internet autorisés est disponible sur le site de l’Ordre national des pharmaciens.

Attention, il ne faut JAMAIS acheter de médicaments sur un site n’ayant pas reçu d’autorisation : ces médicaments peuvent être des contrefaçons, c’est-à-dire qu’ils peuvent présenter une composition différente du médicament d’origine (absence, sous-dosage ou surdosage de la substance active, ou même présence de substance toxique).

Quelles sont les règles à appliquer pour une automédication en toute sécurité ?

1. Demandez conseil à votre pharmacien
Afin d’utiliser un médicament dans les meilleures conditions, l’avis d’un spécialiste est toujours bon à prendre. Votre pharmacien vous donnera des conseils sur l’utilisation du médicament et sur ses précautions d’emploi.

2. Lisez la notice et conservez l’emballage de votre médicament
La notice et l’emballage comportent des informations précieuses et complémentaires sur le médicament : sa composition, la dose préconisée en fonction de l’âge, la durée maximale du traitement, les conditions de conservation, le principe actif, le nom du fabriquant…

3. Évitez de prendre plusieurs médicaments simultanément
L’effet d’un médicament peut être modifié (augmenté ou diminué) par la prise simultanée d’un autre médicament. Le risque d’effets indésirables peut être lui aussi plus important.
Si votre médecin vous prescrit un traitement, il est nécessaire de l’informer de tout traitement pris à votre initiative.

4. Consultez votre médecin en cas de doute, surtout si vous être enceinte, si vous allaitez ou si l’automédication est pour un bébé
Les femmes enceintes, celles qui allaitent et les bébés ne devraient pas avoir recours à l’automédication. Il est conseillé de se référer à un médecin avant toute prise de médicament.

5. Informez votre médecin de toute prise de médicaments
Si vous faites appel à votre médecin après une tentative d’automédication ayant échoué, informez-le du traitement que vous avez pris. Cela pourra l’aider à adapter votre traitement.

6. Pratiquez une automédication de durée raisonnable
Il est impératif de ne pas dépasser la durée du traitement indiquée sur la notice ou l’emballage. Si aucune amélioration n’est ressentie ou si l’état de santé empire, il est nécessaire de consulter un médecin.

7. Sachez renoncer à l’automédication dans certains cas
L’automédication vous permet de soigner les petits maux, mais lorsque l’on est atteint d’une maladie (diabète, atteinte cardiaque…), il faut savoir renoncer à l’automédication et consulter son médecin.

Sophie NIKLASZEWSKI

Par Sophie Niklaszewski

Rédactrice nutrition et santé
Ingénieur en alimentation et santé, accro au chocolat et toujours la banane !

Tous les articles de Sophie
Votre avis nous intéresse
Laisser un commentaire, que pensez-vous de cet article ?

Blue Captcha Image Refresh

*